Braquage, cambriolage, vol à main armée à la cité Darou Salam II : les habitants sur le qui-vive

0
695

La nuit à la cité Darou Salam 2 (rattachée à la commune de Tivaouane Peulh) bruit beaucoup plus la journée. A l’origine, des agresseurs qui s’emparent, armes à la main, des voies publiques pour dépouiller les passants nocturnes. Quelquefois, ces derniers s’en sortent avec des séquelles ou avec des blessures graves. Ces agressions commises à l’encontre des habitants de la cité sont devenues ingérables. Mais, ce qui suscite plus de révolte chez eux, c’est l’impunité des malfrats. En effet, les cas d’arrestations de malfaiteurs se comptent sur les doigts de la main, tandis les agressions sont au quotidien des habitants. Face à ce silence bruissant des autorités municipales et Forces de l’ordre, ils ont décidé de  se faire justice eux-mêmes.

Visage égratigné, jambe bandée accompagnée de douleurs qui accablent le corps, Bara Ndiaye (nom d’emprunt) s’est fait agressé dimanche dernier. Alors qu’il revenait de chez un ami, vers 22 heures, raconte-t-il d’un air haletant sur son lit d’hôpital, c’est là qu’une bande de trois agresseurs dont un mineur, armés de machette, de couteaux, d’une tenaille et d’une pompe à gaz, l’a pris d’assaut, selon ses descriptions. Ayant tenté de résister, il a pris deux coups de couteau à la jambe droite, avant d’être asséné de coups de poing jusqu’à évanouissement. A son réveil, ses biens (IPhone, Airpod, Apple Watch) étaient emportés par les bandits.

Mais, le cas de Bara n’est que l’arbre qui cache la forêt. Effectivement, la cité Darou Salam 2 est le terrain de prédilection de nombreux agresseurs qui y sévissent ces dernières semaines. L’insécurité qui y règne tourmente les habitants qui n’ont d’autre alternative que de s’enfermer chez eux, de bonne heure, pour se prémunir des attaques. Là réside un autre problème. Car,  souvent, les ménages sont les cibles des malfaiteurs qui s’y insèrent, en catimini, la nuit pour dérober leurs biens. Dans bien des cas, ils ont leurs stratagèmes pour pénétrer dans ces concessions ; cela implique l’usage d’engins silencieux pour démonter des fenêtres, d’acides ou de produits nuisibles à l’œil, sans exclure même les…litanies qu’ils récitent avant de se mettre à l’œuvre.

D’un commun avis de certains habitants du quartier, ceux qui commettent ces actes brutaux sont, pour la majorité, des résidents de la cité. Le reste viendrait de Tivaouane Peulh voisin. Ces jeunes, disent-ils, subissent l’influence de la drogue et de l’alcool, si bien qu’ils sont incapables de distinguer les étrangers de leurs voisins. Egalement, «l’amour de la facilité et la volonté de subvenir à ses besoins sans bouger le pouce peuvent justifier la barbarie à laquelle on assiste ces moments-ci. Les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas la culture du travail et veulent néanmoins s’attirer toute la gloire du monde. C’est malheureusement sur cette base frivole qu’ils ôtent la vie à de pauvres gens, sans aucune forme de procès», a lancé le vieux Malick Ndiaye d’un ton désenchanté.

Pis, une autre forme d’agression est en train d’émerger dans la cité : celle effectuée par des charretiers. En effet, nombreux sont les travailleurs à confirmer qu’ils se sont au moins une fois fait attaquer, sur le chemin du travail, par des conducteurs de charrettes armés jusqu’aux dents. Selon l’un d’eux, il s’agit des mêmes types (quatre au total) qui circulent vers 5h du matin, à l’heure de la prière de l’aube ; ils guettent les travailleurs, les étudiants et les vieux qui vont à la mosquée.

Cependant, aucun de ces cas susmentionnés n’a jamais suscité une réaction ferme chez les autorités. Les riverains se sont accordés à dire qu’aucune suite n’est donné aux plaintes déposées à la Police ou la Gendarmerie. Pis, souvent les malfaiteurs sont détenus le temps de calmer les ardeurs, avant d’être relâchés sans instruction, ni procès encore moins une indemnisation ou  dédommagement pour les victimes. Résultat, ils se retrouvent avec eux nez-à-nez dans la rue, ce qui augmente le sentiment d’injustice.

Dans cette inquiétude générale, exaspérée par l’inertie des autorités, les jeunes de la cité Darou Salam 2 sont plus que jamais déterminés à saisir le taureau par les cornes et se disent prêts à faire son procès à tout individu qui aura «le malheur de s’attaquer encore une fois à l’un des leurs ou à ses biens», à l’image des populations de Grand Yoff et des Parcelles Assainies qui ont choisi de se faire justice elles-mêmes.

KHADIDIATOU MENDY (STAGIAIRE)

Sur le même dossier : Recours à la justice populaire, une solution dangereuse

Sur le même dossier : Recrudescence de la violence au Sénégal : la peur gagne du terrain

 

Leave a reply