Brésil: des soutiens de Bolsonaro envahissent le Congrès, le palais présidentiel et la Cour suprême

0
444

Des centaines de partisans de l’ex-président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro ont envahi ce dimanche 8 janvier les principaux lieux de pouvoir à Brasilia.

Rassemblés pour une manifestation devant le Congrès brésilien, des centaines de partisans de l’ex-président Jair Bolsonaro ont envahi l’édifice, mais également le palais présidentiel et la Cour suprême, faisant beaucoup de dégâts, selon des images circulant sur les réseaux sociaux. La police a utilisé des bombes lacrymogènes pour tenter de les repousser.
Ces événements surviennent une semaine après l’investiture du président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva qui ne se trouve pas actuellement à Brasilia, la capitale, mais dans l’État de Sao Paulo, rapporte notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard.

Des images qui rappellent l’invasion du Capitole

La zone près de la Place des trois pouvoirs, où se côtoient le Palais présidentiel de Planalto, la Cour suprême et le Congrès, avait été pourtant bouclée par les autorités, mais les bolsonaristes qui refusent d’accepter l’élection de Lula sont parvenus à rompre les cordons de sécurité. Plusieurs dizaines d’entre eux sont d’abord parvenus à monter sur la rampe de ce bâtiment à l’architecture moderne pour en occuper le toit. Les forces de l’ordre ont opposé peu de résistances et paraissaient totalement débordées face à des manifestants semblant très bien organisés.

« Cette tentative absurde d’imposer la volonté par la force ne prévaudra pas », a averti le nouveau ministre de la Justice Flavo Dino, sur Twitter. La présidente du parti des Travailleurs de Lula Gleisi Hoffman accuse de son côté le gouvernement local de Brasilia d’être responsable d’un « crime annoncé contre la démocratie ».

Les images impressionnantes, rappelant l’invasion du Capitole aux États-Unis, montrent une véritable marée humaine affluer vers le Congrès. Celui-ci regroupe dans un même bâtiment la chambre des députés et le Sénat. Des manifestants sont apparus sur le toit, mais aussi sur toutes les pelouses attenantes, y compris celle du palais présidentiel de Planalto.

Jair Bolsonaro, qui a été battu d’une courte tête par Lula au second tour de la présidentielle le 30 octobre, a quitté le Brésil en fin d’année pour rejoindre les États-Unis.

Leave a reply