Canal+ met en place des sous-titres lisibles par les dyslexiques : « C’est une première mondiale ! »

0
2549

(Leparisien)- Le groupe audiovisuel proposera progressivement dans ses programmes une nouvelle typographie adaptée aux dyslexiques. Objectif : permettre aux personnes souffrant de ces troubles du langage écrit (8 à 12 % de la population) de pouvoir regarder des films et des séries en version originale sous-titrée.

« On prend soin de tous nos abonnés. » Voici le message que Canal + entend faire passer avec l’annonce, en fin de semaine dernière, de l’intégration à venir dans ses programmes de sous-titres d’un nouveau genre. Baptisés « dystitles », ceux-ci adoptent une typographie inédite adaptée aux dyslexiques, trop souvent privés des versions originales des films et séries, faute de temps suffisant pour en lire les traductions.

« C’est une première mondiale ! » se félicite Béatrice Sauvageot, présidente de l’association « Puissance Dys », à l’origine de cet alphabet créé en 2017 en s’inspirant des partitions de musique. « Nous l’avons développé pendant dix ans avec des linguistes, des neurologues et des patients, afin qu’il soit adapté à tous, dyslexiques comme non-dyslexiques », raconte l’orthophoniste, évoquant « 100 % de réussite ».

Jouant notamment avec les contre-formes — l’espace intérieur de certaines lettres —, cette calligraphie particulière permet aux personnes souffrant de troubles du langage écrit d’accéder immédiatement au sens, sans avoir à « déchiffrer » lettres et mots. « Cette initiative pionnière de Canal + va leur permettre de s’affranchir des versions françaises et d’avoir enfin accès aux programmes en langue étrangère », se félicite Béatrice Sauvageot, rappelant que 8 à 12 % de la population « au moins » est concernée, soit 5 à 8 millions d’individus rien qu’en France.

Dans 100 % des programmes en 2025 ?

« Nous n’imaginions pas nous-mêmes que cela concernait autant de monde », convient Gérald-Brice Viret. Après une rencontre en début d’année avec la présidente de « Puissance Dys » et l’agence de communication BETC, partenaire du projet, le directeur général de Canal + France a chargé ses équipes techniques internes d’intégrer cet alphabet à leur système de sous-titrage. Un travail de plusieurs semaines réalisé à budget constant.

L’objectif n’en est pas moins ambitieux. Canal + espère mettre cette nouvelle solution à disposition des abonnés à ses chaînes d’ici l’été prochain, puis l’inclure dans tous ses programmes en 2025, directs compris. A terme, la filiale de Vivendi pourrait même aller plus loin en faisant de ces nouveaux sous-titres les seuls disponibles en langue française. « Nous avons fait des tests auprès de nos abonnés. Les retours sont extrêmement positifs, s’enthousiasme Gérald Brice-Viret. Nous ferons un point d’étape au début de la saison prochaine et de l’année 2024. »
Longtemps stigmatisés, notamment à l’école, les dyslexiques pourraient alors partager en temps réel les mêmes contenus que leurs proches. Une démarche inclusive qui pourrait donner des idées aux autres groupes audiovisuels. « J’espère qu’ils vont voir ça et s’en inspirer », veut en tout cas croire Béatrice Sauvageot.

Leave a reply