Cap-vert : un champ de corail découvert sur l’Île de Santiago

0
226

Un champ de corail a été découvert sur la plage de Moiá-Moiá, dans la partie orientale de l’île capverdienne de Santiago. Le nom scientifique du corail dur trouvé est « Sidastrea radians ».

Il s’agit d’une zone d’environ 1 000 mètres carrés, avec une biodiversité très riche en raison des forts courants marins. Ils renouvellent constamment l’eau, apportant des poissons et éliminant la pollution potentielle.

Le découvreur est Wlodzimierz Szymaniak, un Polonais qui vit au Cap-Vert depuis de nombreuses années. Il est professeur à l’Université Jean Piaget du Cap-Vert et plongeur passionné.

Pour ce projet, il a travaillé en partenariat avec l’Association cap-verdienne d’écotourisme (ECOCV)*, qui considère cette découverte comme l’une des « plus remarquables » de cette année.

Le chercheur a découvert la baie Moiá-Moiá grâce à de vieux livres. Ils parlaient de la baie parce qu’elle était autrefois très dangereuse pour les navires. En fait, il y a encore une coque de navire dans Moiá-Moiá. Le navire Pentalina B s’est échoué dans la baie en juin 2014 et sa coque est toujours en place.

« Aujourd’hui, cette zone est presque complètement oubliée et dégradée par l’extraction illégale de sable« , a déclaré Szymaniak.

Edita Magileviciut, vice-présidente d’ECOCV et également biologiste marine, a énuméré les prochaines étapes à suivre : « enquêter davantage, identifier la gravité des impacts, tels que la pollution et l’extraction de sable dans la zone côtière, l’impact de ces algues** et établir une cartographie spécifique de ces coraux et des autres espèces associées ».

Le biologiste met en garde contre la sensibilité de cet habitat et souligne : « Nous devons éduquer les populations, les sensibiliser et accroître les activités de conservation. Sinon, nous allons perdre [le corail] sans le découvrir ».

« Toutes les espèces de la mer, comme de la terre, sont liées. Et même les êtres humains. Si nous perdons du corail, nous perdons des zones de reproduction pour des poissons d’importance commerciale, des poissons endémiques, et tout ça. Donc, en protégeant une espèce de corail, nous protégeons l’écosystème« , a-t-elle déclaré.

Leave a reply