Carême : après le «gras», la démarche de foi démarre ce mercredi

0
436

Le jeûne chrétien ou encore Carême démarre, ce mercredi 02 mars 2022, avec les Cendres. Les fidèles vont observer 40 jours de jeûne, de pénitence, de prières mais aussi de solidarité envers leurs prochains. Une démarche de foi précédée par une fête très populaire, le «Mardi Gras», célébrée sans distinction de religion, hier mardi.

Le Carême est toujours précédé du mardi gras. Une commémoration qui, même s’elle n’est pas d’ordre religieuse, est célébrée dans l’Eglise Catholique pour marquer l’entrée du jeûne. Tirée de la tradition, l’Eglise a souligné que le «Mardi Gras» est considéré comme un temps qui vient marquer la différence entre la sainteté du Carême qui mérite l’abstinence dans beaucoup de domaines et le moment où nous sommes sortis d’un temps populaire, d’un temps ordinaire, pour maintenant commencer un combat spirituel.

Cette tradition est très consacrée par les enfants qui en font un moment privilégié dans le calendrier scolaire. Un moment de retrouvaille, de jouissance. Ces enfants sont ainsi déguisés en héros culturels ou encore imaginaires. Les différentes cultures dans le pays sont ainsi exposées. Quant aux grandes personnes, elles prennent le relais le soir, jusqu’à minuit, avec des soirées carnavals dans les paroisses, dans les communautés de bases ou écoles.

Pour Abbé Roger Gomis, de l’Archidiocèse de Dakar, «au jour du Mardi Gras, les excès sont donc permis, aussi bien dans la consommation de nourriture que dans l’apparence vestimentaire. Au Moyen-âge, les déguisements de mardi gras permettaient non seulement de s’amuser, mais aussi de transgresser les interdits de l’ordre social. C’est ainsi que les pauvres pouvaient s’habiller en riches, les hommes s’habiller en femmes, des laïcs s’habiller en religieux, des civils en policiers ou gendarmes et vice versa». 

Et de préciser : «le moment du mardi gras peut être aussi, pour le chrétien, une amusante et formidable occasion de rire de soi-même, des masques souvent arborés pour dissimuler ses fautes et son péché, les masques de la faiblesse de sa foi et de son espérance. Il ne s’agit pas de se culpabiliser, mais de voir le gras de ce qui est encore dans ses mains et son cœur et qu’il aurait dû partager avec les autres. Car, avant d’entrer en Carême, le mardi gras peut être saisi comme un moment pour identifier les points et les situations de la vie personnelle et communautaire qui ont besoin de purification. Il peut aussi traduire ses aspirations tant sur le plan spirituel que moral», explique le religieux.

«MERCREDI DES CENDRES» OU DEBUT DU CAREME CHRETIEN

Le Carême, période de jeûne, de privation, d’austérité et de purification, dure 40 jours. Il est, pour les chrétiens, un temps de préparation de la grande fête de Pâques qui marque la résurrection de Jésus Christ. C’est une des grandes commémorations de la religion chrétienne. Il commence  par le «Mercredi des Cendres».

C’est qu’explique l’Abbé Louis Gomis du diocèse de Saint-Louis qui s’est prononcé sur Pressafrik. «Nous allons entamer à partir du mercredi, le temps du Carême. Un moment qui nous prépare à la solennité de la fête de Pâques qui est la résurrection de notre Seigneur Jésus Christ qui nous donne le salut. Cela mérité une préparation, et le Mercredi des Cendres est le début du Carême».

Et de poursuivre : «recevoir les Cendres est un signe qui nous rappelle que Dieu nous a créés à partir de la poussière. Et de cette poussière-là, Dieu va nous ressusciter pour que nous soyons éternellement avec Lui. Célébrer ce temps de Carême mérite beaucoup d’efforts. C’est pourquoi il y a beaucoup d’activités spirituelles comme le jeun, le chemin de Croix».

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.