Carte nationale de presse : 696 cartes distribuées avant l’entrée en vigueur du 1er septembre

0
218

696 cartes nationales de presse ont été distribuées depuis le début de la confection. L’annonce a été faite hier, mercredi 24 août, par le président de la commission nationale de la carte de presse, Daouda Mine. Il est également revenu sur l’entrée en vigueur fixée au 1er septembre 2022.

«Au total, 696 cartes de presse ont été délivrées depuis le lancement, en mars 2021, de la campagne d’enrôlement», a indiqué hier, mercredi 24 août, le président de la commission Daouda Mine, qui précise que «depuis l’ouverture des dépôts, nous avons pu examiner 1 400 dossiers, nous en avons validé 794 demandes qui répondent aux critères édictés par le code de la presse. Nous avons distribué à ce jour 696 cartes et 98 sont présentement en production».

En rappelant que l’entrée en vigueur de la carte nationale de la presse est fixée au 1er septembre prochain, Daouda Mine, a indiqué «qu’à partir de cette date et suivant les dispositions du Code de la presse, seuls les titulaires de la carte nationale de presse peuvent se prévaloir de la qualité de journaliste ou de techniciens des médias». Mieux ajoute-t-il, «à partir du 1er septembre, la couverture d’une manifestation publique ou privée ne peut se faire qu’avec la carte nationale de presse qui reste la seule preuve que son détenteur peut exercer la profession».

La carte a une durée de validité de 3 ans. Elle doit être renouvelée 3 mois avant expiration. En cas de manquement du journaliste dans l’exercice de la profession, le titulaire de la carte sera condamné par Conseil national pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie dans les médias (Cored). La décision prise par celle-ci sera la même qui sera appliquée par la commission nationale de la carte de presse. Elle peut aller jusqu’au retrait définitif.

Parlant des sites internet, Daouda Mine revient sur le manque de régulation qui entoure le secteur. « Pour les techniciens, il faut que le métier effectué soit prévu par la convention collective des médias. En dehors de cela, le technicien doit travailler dans une entreprise de presse reconnue par la loi. Cela concerne principalement les sites en ligne. Il y a beaucoup de gens qui ont des organes de presse mais qui au sens de la loi, ne peuvent pas être considérés comme des entreprises de presse».  Daouda Mine dit aussi qu’il «y a beaucoup de gens qui travaillent dans des sites internet qui ont déposé leurs candidatures  mais, ne peuvent pas obtenir la carte de presse car, il y a des critères qui sont édictés et ils ne les ont pas remplis».

Fatou NDIAYE

Leave a reply