Casamance/ accords de Bissau : une étape inéluctable vers la paix ou accord de plus ?

0
277

Les accords récemment paraphés à Bissau sous l’égide du chef de l’Etat Bissau guinéen Emballo suscitent  un élan d’espoir dans la région pour certains mais ouvrent également un boulevard de questionnements sur leur solidité et leur fiabilité. Surtout après une série d’incongruités décelées  qui vont de l’absence  de certains acteurs comme le chef rebelle Salif Sadio à la présence de César Atoute Badiate jugé et condamné à perpétuité par les juridictions sénégalaises. Est-ce une étape vers la paix ou des accords de plus dans un processus de paix qui a longtemps tangué entre espoir et désillusion?

Au lendemain de la signature des accords paraphés à Bissau en présence du chef de l’Etat Bissau guinéen Oumar Sissoko Emballo, les langues se délient dans la région Sud. Partagés entre espoir de paix et scepticisme, ils sont nombreux ceux-là qui agitent une panoplie de questions sur cette « énième » série d’accords de paix en Casamance.  Dans un contexte d’accalmie salvatrice, ces accords sont perçus comme une étape primordiale vers la paix en Casamance. Surtout que déjà, la faction du Mfdc de Diakage avait montré ses bonnes dispositions à cheminer vers la paix. Le chef rebelle Fatouma Coly et les siens avaient même paraphé au mois de juin  dernier au Cap Skirring des accords du genre acceptant de déposer les armes. La même volonté avait été aussi affichée par un autre chef de guerre Paul Alokassen. Toutes choses qui avaient fini d’imprimer un vent de paix au sein même de ces factions du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC).

Il s’ajoute à cela, la pacification même dans la partie sud de la région après les opérations de ratissage menées par l’armée sénégalaise quelques mois  auparavant. Ces accords sont venus aujourd’hui materialiser l’inéluctable marche vers la paix en Casamance qui fait dire à bon nombre d’observateurs  que ces  « accords  de Bissau» restent une étape importante vers la paix en Casamance, cette partie sud en proie à un conflit vieux de plus de trois décennies. Il était certes question au cours de cette rencontre de taire le langage des armes et d’ouvrir la porte aux négociations mais aujourd’hui s’ouvre aussi un boulevard de questionnements sur la solidité et la concrétisation de tels accords loin d’être historiques dans le processus de paix en Casamance.  On peut ainsi s’interroger  sur l’absence de certains acteurs comme le chef rebelle Salif Sadio délogé de ses bases du nord Sindian après les opérations militaires qui ont permis de  démanteler  tous les bastions rebelles contrôlés par ce chef de guerre .

Des accords « de dépôt des armes » sans l’onction  de la faction de Salif Sadio peuvent-ils tenir, s’interroge-t-on dans cette partie sud du pays.   Même s’il faut rendre un hommage mérité et appuyé au chef de l’Etat Bissau guinéen Emballo, force est de constater qu’une série d’incongruités sont également décelées dans ce forum de Bissau. La présence à cette rencontre du chef rebelle César Atoute Badiate jugé et condamné à perpétuité par les juridictions sénégalaises  dans l’affaire de la tuerie de Boffa Bayotte demeure assez surprenante. Quel crédit accordé à la décision de César d’accepter  de déposer «  enfin » les armes ? Est-ce un signe d’abdication pour celui qui a été également délogé de ses bases dans le sud et dans le Djibidione ? -A-t-il perdu du terrain ? Autant de questions qu’il urge d’agiter pour mieux comprendre la position de ce chef rebelle « en perte de vitesse » dans son option indépendantiste.

La plupart des émissaires présents dans cette rencontre ont plus porté la casquette de facilitateurs que celle de médiateurs.  Youssouf Coly et compagnie, d’anciens maquisards reconvertis n’ont-ils pas  user de leur ancien statut de rebelle pour raisonner leurs anciens compagnons du maquis ? Toujours est-il qu’ils ont au moins réussi à poser un acte en faveur de cette paix.  César Atoute Badiate a certes eu le mérite en signant ces accords de cheminer vers un futur dénouement de cette crise tri-décennale mais c’est aussi à se demander si ce rebelle en chef de la zone sud avait vraiment le choix si l’on sait que sa zone de repli reste la Guinée Bissau. Enfin, entre accords de paix et accords de dépôt des armes comme paraphé en Guinée Bissau, il y a un large boulevard d’interrogations. Mais comme la quasi-totalité des populations du sud aspire à la paix définitive, ces accords pourraient ouvrir une nouvelle page vers la marche inéluctable de la paix en Casamance

IGNACE NDEYE

Leave a reply