Casamance : Boffa, Babonda, Mandina Mancagne : ces villages tristement célèbres qui renaissent de leurs cendres

0
234

Boffa -Bayotte avec le massacre de 14 coupeurs de bois, Mandina-mancagne et Babonda  (bourbier de 49 soldats sénégalais dans les années 90), Diagnon… 11 (11 coupeurs de bois tués)… sont des exemples typiques de  villages meurtris et marqués par des événements douloureux. Des tragédies qui ont tristement rendu célèbres ces villages de la Casamance qui depuis sont en train de renaître de leurs cendres. Radioscopie de localités qui tentent d’effacer les stigmates d’un conflit avec son lot de morts.

Ils ont marqué l’histoire de ce conflit plus que trentenaire par de malheureux évènements qui s’y sont déroulés. Des tragédies qui ont rendu tristement célèbres ces villages de la Casamance. Boffa Bayotte par ce massacre qui y avait été perpétré, une tuerie qui avait fait 14 morts en 2018. Quatre ans après, ce village panse ses plaies et aborde un dynamisme de développement. Le village  qui a beaucoup souffert de l’arrestation de ses fils jugés puis libérés reprend un souffle nouveau et chemine désormais vers le développement. C’est le cas aussi de  Mandina mancagne, autre village meurtri qui a connu l’un des pires événements de son histoire avec la mort de 23 soldats sénégalais tombés dans une embuscade tendus par des éléments de Atika, la branche armée du MFDC, un mois d’août 1997.

Ce village qui était devenu  fantôme, il y a quelques années renaît de ses cendres à la faveur du retour de ses populations. Aujourd’hui,  Mandina mancagne a complètement changé de visage. L’eau, l’électricité et des infrastructures de bases sur place, à Mandina cette tragédie reste un vieux souvenir dans ce village situé à la lisière de Ziguinchor. L’élan de développement y est perceptible depuis dix ans maintenant. Mandina s’est bien relevé de ses années de braise. Tout comme à Babonda où la vie a repris, les populations déplacées sont massivement revenues après des années d’errance. La faute à une tragédie qui avait rendu tristement célèbre cette contrée. Vingt-six (26) soldats sénégalais pris au piège par des maquisards du MFDC ont péri dans ce village un mois d’août 1995.

Dans cette spirale de violence figure également la tuerie de Diagnon, le dernier village du département de Ziguinchor sur l’axe Sud. En décembre 2011, onze (11) jeunes du village partis chercher du bois dans la foret ne reviendront jamais, tués par un commando rebelle. Ce qui a perturbé le quotidien de ce village calme et qui était bien dans une dynamique de développement.

L’agriculture, principale activité s’est depuis relancée. Diagnon a depuis amorcé son développement s’appuyant sur l’agriculture en attendant la concrétisation de l’agropole dans la zone d’Adéane. La liste de ces villages meurtris  ressuscitée de leur tragédie n’est pas exhaustive. L’assassinat de l’ancien président du conseil départemental de Ziguinchor El Hadji Oumar Lamine Badji dans son Sindian natal et cet autre meurtre à Mahmouda de Cherif Samsidine Aïdara qui gérait le dossier Casamance restent également gravés dans ce sombre tableau. Les villages de Diegoune, Sindian… ont également subi les affres d’un conflit qui a beaucoup affecté les populations. Sans oublier le fameux carrefour de Manpalago zone de prédilection des bandes armées qui y perpétraient souvent des braquages.

Mais aujourd’hui toutes ces zones ont  réussi à effacer les stigmates d’un conflit qui a beaucoup retardé leur décollage économique. Ces villages jadis éprouvés par de douloureux événement se sont aujourd’hui résolument tournés vers le développement effaçant les stigmates d’un conflit qui s’éteint petit à petit.

Ignace NDEYE

Leave a reply