CEDEAO : AfrikaJom Center recommande la limitation des mandats à deux, suite à la récurrence de la manipulation et des coups d’État constitutionnels

0
98

Après avoir évalué, à travers un webinaire, les 20 ans de pratique du Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, le 08 décembre 2021, AfrikaJom Center, en collaboration avec OSIWA,  a recommandé l’intégration de la limitation des mandats à deux, suite au constat fait sur la récurrence de la manipulation et des coups d’États constitutionnels dans la sous-région.

Le tableau peint des 20 ans de pratique du protocole de la CEDEAO, par AfrikaJom Center, un Think Tank, un laboratoire d’idées dont la vision est la construction d’un monde plus juste et équitable, en collaboration avec OSIWA, n’est pas du tout reluisant.

Dans une résolution rendue publique samedi 11 décembre 2021, Alioune Tine, fondateur de AfrikaJom Center et ses camarades, après un webinaire sur la démocratie et la bonne gouvernance, organisé le 08 décembre 2021, ont retenu la nécessité d’«intégrer le principe de la limitation des mandats présidentiels à deux afin de renforcer l’État de droit et de prévenir les crises liées à l’instrumentalisation de la Constitution pour faire sauter le verrou de la limitation de mandats, qui constituent des sources profondes d’explosion des violences et tensions politiques et pire des coups d’états militaires».

Mieux, les éminentes personnalités qui ont pris part à ce webinaire ont résolu qu’il y a lieu de «considérer les coups d’états constitutionnels et les coups d’états électoraux comme des ruptures de l’ordre constitutionnel au même titre que les coups d’états militaires et d’en tirer toutes les conséquences. L’opinion africaine considère comme un paradoxe de voir un leader politique qui arrive au pouvoir par un coup d’état constitutionnel ou électoral, participer aux sanctions infligées aux auteurs de coups d’états militaires»,

Sur les raisons de ces résolutions, Alioune Tine et ses camarades disent avoir noté une récurrence des «manipulations constitutionnelles pour faire sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels à deux et que les fraudes électorales constituent des violations de l’ordre constitutionnel au même titre que les coups d’états militaires».

Pis, ils trouvent que «les coups d’états constitutionnels, électoraux ou militaires affaiblissent la légitimité et la crédibilité des gouvernements des Etats membres et que cette situation a un impact désastreux sur l’image de la CEDEAO, mais surtout sur l’efficacité de son intervention sur les crises et menaces qui pèsent sur les Etats membres».

A noter qu’après 19 considérants, sur entre autres les résolutions des crises, les atteints du protocole de la CEDEAO, les crises multiformes et complexes, la défiance grandissantes des citoyens de la communauté vis à vis des décisions des chefs d’État et de gouvernements de la CEDEAO, AfrikaJom et compagnie ont formulé  au total, 16 recommandations.

J M D

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :