Célébrer les Linguères de Nder, le 7 mars

0
802

Nous nous proposons de joindre notre voix à celle de Mme Fatou Sarr Sow pour exiger l’inscription de la date du 7 mars à l’agenda de la cause féminine au Sénégal. Cette date 7 mars 1820 témoigne de l’engagement et de la détermination des femmes de Nder de défendre la patrie jusqu’au sacrifice suprême. Ces hauts faits liés à Nder sont devenus une dimension du sentiment patriotique. Ce n’est pas anodin que cet événement et les valeurs suscitées aient déjà été valorisés par notre Armée nationale, l’institution qui incarne au plus haut niveau le patriotisme, à travers sa devise : « On ne tue pas, on ne nous déshonore pas ». Donc, pourquoi le plaidoyer visant l’institutionnalisation de la date du 7 mars, chargée de mémoire et de sens, reste encore inaudible ? Est-ce par un mépris de soi et de ses propres valeurs, ou bien une autre forme d’aliénation qui pousse à voiler sa propre histoire, et à obscurcir sa conscience politique.
De nombreuses journées internationales jalonnent l’année. Elles célèbrent toutes sortes d’événements sauf en ce qui concerne des faits mémorables de notre histoire ; même pas celle de l’abolition de l’esclavage! Dans le rendez-vous du donner et recevoir des sociétés à la civilisation de l’universel, nous nous positionnons plus comme récepteurs que consommateurs.
Quelles qu’ait été la noblesse de l’action de Lénine d’avoir décrété, en 1921, le 8 mars journée de la femme, en référence à la lutte des femmes ouvrières, et l’officialisation, plus tard, de cette date par les Nations-unies en 1977, elle ne saurait exclure le sacrifice, pour l’honneur et la dignité, consenti par les Linguères de Nder en 1820.
Le mardi de Nder (talaatay Nder), est une journée qui n’a pas été décrétée mais qui s’est décrétée elle-même ; elle n’a pas été offerte aux femmes en reconnaissance de leur bravoure , elles l’ont l’ont arrachée ; elles l’ont écrite et signée de leur sang. Cette journee est déjà inscrite dans le marbre de notre histoire et pour l’éternité.
Cette journée nous parle et réveille dans nos mémoires l’image d’illustres femmes comme de Ndatté Yalla, Aline Sitoé, la Grande Royale, Fawade Welle, Mam Diarra Bousso, de Astou Diankha, Khady Wellé Diagne..etc. Une journée survenue dans notre pays bien avant celle du 8 mars , proposée en 1910 par Klara Zetkin et proclamée par Lénine en 1921. Les manifestations du leadership féminin est une réalité africaine ancienne. Célébrer l’esprit du 7 mars est non seulement une reconnaissance de la partition des femmes dans notre histoire, c’est également une façon de perpétuer cette conscience de dignité et d’assumation de ses droits, une r
Célébrer le 7 mars n’est ni ouvrir une boîte de Pandore, comme le prétendent certains pourfendeurs du projet, ni un simple élément folklorique pour se servir des femmes. Non : le spectre du 7 mars devra hanter l’imaginaire de tous ceux qui piétinent les droits des femmes s et stimuler les femmes sénégalaises à prendre pleinement et entièrement leur place.
Célébrer le 7 mars c’est ouvrir la boîte noire pour lire et décrypter les messages Ngoor, du diom , fuula, du Kersa et, entre autres, du Koleré que les valeureuses femmes de Nder ont ensemencé dans le terreau fertile du Walo et qui ont fait le tour de tout notre pays. Des valeurs qui sont devenues patrimoine de toutes les femmes du Monde.

Amadou Niang
Kaolack, le 7 mars 2023.

Leave a reply