Centenaire de son école primaire : Général Mansour Seck prône la restauration de l’autorité de l’enseignant

0
752

Le général Mansour Seck a plaidé samedi à Bargny pour un retour de l’autorité de l’enseignant dans les classes. L’ancien CEMGA prenait part au lancement des activités marquant la célébration du centenaire de l’école de son royaume d’enfance.

L’ancien Chef d’Etat-major Général des Armées s’est prononcé pour un retour de l’autorité des instituteurs dans les classes. Mansour Seck qui prenait part à la cérémonie de lancement des activités marquant la célébration du centenaire de l’école élémentaire mixte de Bargny, s’est désolé de l’attitude de défiance des élèves et des nombreux cas d’agressions enregistrés dans les écoles. Pour l’ancien pensionnaire de l’école mixte de Bargny, qu’il a fréquentée entre 1947 et 1950, les parents doivent avoir un rôle important  à jouer dans cette quête, en tenant le rôle qui est le leur. « Je me rappelle encore nos enseignants, en particulier M. Guèye Gabin qui était un enseignant non seulement compétent mais très rigoureux. M. Gabin a joué un rôle très important puisque je me rappelle un jour, il a même tapé sur un élève, l’a blessé et c’était pour son bien et personne n’a essayé de faire un recours contre lui. Au contraire, les parents des élèves l’ont même félicité … Je crois que cette espèce de rigorisme ça manque un peu, on me dit même qu’il y a des enseignants qui ont peur des élèves et je crois que c’est le monde à l’envers, parce que un enseignant c’est comme le parent. Je pense que de ce côté-là, il faudrait un retour, que les parents jouent leur rôle de parent et ce qu’on dit, il y a trois civilisations qui disent la même chose. Les Anglais disent « spare the rod spoil the child » ça veut dire que si vous négligez la cravache, vous gâtez l’enfant. le Français dit « qui aime bien châtie bien », le wolof utilise le mot Yarr qui veut dire deux choses l’éducation mais la cravache. Pourtant ces trois civilisations ne sont pas concertées, c’est une loi universelle. Et à mon avis, les parents qui ont un peu démissionné, il y en a beaucoup, il faut qu’on y revienne un peu » a-t-il dit.

A l’occasion de la cérémonie de lancement des activités marquant le centenaire de son royaume d’enfance, l’ancien CEMGA a lancé un appel à la communauté à une mobilisation dans le financement du projet de réhabilitation de l’école qui constitue un des axes prioritaires du programme d’activités du centenaire. En effet, l’école créée en 1922 dans le village lébou de Bargny est confrontée aujourd’hui à de nombreux problèmes liés à sa vétusté mais aussi aux résultats peu enviables à l’occasion des examens. C’est pourquoi les membres du comité d’organisation ont choisi de joindre l’utile à l’agréable, en profitant de la célébration pure prendre en charge les défis qui se posent à l’école. « La célébration est un devoir de mémoire par rapport à ceux qui nous ont précédé dans cette mythique école qui fait 100 mètres sur 100m avec un mur totalement en pierres. Le deuxième élément, c’est l’infrastructure qui souffre sous le poids de l’âge qui devait être revue depuis très longtemps. Il n’est pas concevable qu’à Bargny, on soit à 80 jusqu’à 105 élèves par classes. C’est pourquoi la communauté de Bargny et les autorités municipales ont pensé qu’il fallait se lever et confier cette tâche à un groupe d’individus et de ressources humaines de qualité afin de relever le défi qui ne dépassera pas les 12 mois et pour cela nous sommes appuyés par des intellectuels de Bargny, de la diaspora et de partout » a dit le colonel Ousseynou Pouye, coordonnateur général du comité d’organisation du centenaire.

La commune au cœur du dispositif de la célébration a annoncé une ligne budgétaire spécifiquement dédiée à la réhabilitation de l’infrastructure mais aussi à l’effort de prise en charge globale des problèmes de l’école à Bargny. « « Nous avons cette année mis dans notre budget une enveloppe de 26 millions pour la réhabilitation des locaux de l’école mixte A et de l’école mixte B…Cette année nous avons prévu une commande de 500 tables-bancs et je crois qu’avec le centenaire, l’école mixte sera prioritaire. On ne s’arrêtera pas là parce que nous avons sur notre territoire des industries qui nous soutiennent dans le cadre de la RSE. Ce qui est sûr, elles vont contribuer autant que nous ou bien plus que nous. On profite du centenaire pour mieux poser les problèmes de l’école de Bargny, l’école mixte a été une école d’excellence », a dit Mapathé Samb 1er adjoint au maire de Bargny.

WORE NDOYE

Leave a reply