Centrafrique: les autorités accusent formellement les rebelles de la CPC d’avoir tué neuf Chinois

0
3028

(Rfi.fr)- En Centrafrique, le ministre de la Justice a affirmé ce 19 avril 2023 que les auteurs de la mort de neuf ressortissants chinois, le 19 mars dernier sur un site minier du centre du pays, étaient « incontestablement des éléments de la CPC ». Des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) qui, en retour, avaient démenti et accusé des mercenaires russes du groupe Wagner et leurs supplétifs.

En Centrafrique, le ministre de la Justice a communiqué les conclusions de l’enquête annoncée par les autorités, suite à l’assassinat de neuf ressortissants chinois il y a tout juste un mois, le 19 mars, sur un site minier du centre du pays.

Devant la presse, Arnaud Djoubaye Abazène a affirmé que les meurtriers étaient « incontestablement des éléments de la CPC ». La Coalition des patriotes pour le changement, elle, continue de repousser ces accusations.

Le ministre demande que des poursuites soient formellement engagées

Pour le ministre centrafricain de la Justice, la preuve est faite par le travail de la commission d’enquête : les assassins sont bien des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Arnaud Djoubaye Abazène demande que des poursuites soient formellement engagées : « Monsieur le procureur général près de la cour d’appel de Bangui, je vous instruis d’engager des poursuites pénales. Les éléments de la CPC sont présumés responsables des infractions d’assassinat, d’actes de terrorisme, de crimes contre l’humanité, d’atteinte à la sûreté de l’État, de pillage, de destruction des biens, prévus et punis par les dispositions du code pénal ».

Le contenu du rapport d’enquête et les éléments à charge contre les rebelles n’ont pas été publiés. Ceux-ci ont nié le jour même être à l’origine des meurtres de ces neuf ressortissants chinois sur le site minier de Chimbolo, près de Bambari.

Une position réitérée depuis. Dans un communiqué publié ce week-end, ils accusent une nouvelle fois les mercenaires russes de Wagner et leurs supplétifs, des miliciens locaux couramment appelés « russes noirs », d’avoir planifié l’opération pour éviter toute concurrence dans le secteur minier dans la province de la Ouaka

Leave a reply