Cérémonie de lancement officiel et de dédicace de son livre «le Sénégal qui vient» : Mame Boye Diao se démarque du cumul des mandats et tend la main aux jeunes

0
931

Candidat déclaré de la coalition «Diao2024» pour la présidentielle du 25 février prochain, El Hadji Mamadou Diao dit Mame Boye Diao par ailleurs, maire de Kolda a procédé ce samedi 25 novembre au lancement officiel et à la dédicace de son livre «Le Sénégal qui vient» écrit en perspectif de cette élection avec une traduction en langue arabe. Lors de cette cérémonie qui a réuni plusieurs de ses partisans mais aussi d’universitaires, l’ancien directeur de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc) tout en s’engageant à mettre fin au cumul de mandats de président de la République et de chef de parti politique a invité la jeunesse sénégalaise à croire à elle-même et ne pas prêter l’oreille à ceux qui lui font croire qu’on peut ramasser la «réussite dans la rue».

Discours à l’américaine ! A la Barack Obama. Manches retroussées, le maire de Kolda, El Hadji Mamadou Diao dit Mame Boye Diao par ailleurs, candidat déclaré de la coalition «Diao 2024» à la présidentielle du 25 février du prochaine siffle la fin du cumul des mandats du président de la République et celui de chef de parti politique. S’exprimant ce samedi 25 novembre lors du lancement officiel de son livre «Le Sénégal qui vient» dans lequel, il a décliné sa vision pour le Sénégal et les axes de son programme de gouvernance politique, l’ancien directeur de la caisse de dépôts et consignations a décliné sans ambiguités sa position par rapport à la place du président de la République dans le jeu politique partisan. Il a ainsi pris l’engagement s’il est élu d’engager des réformes visant à mettre un terme à l’implication du président de la République dans le jeu politique partisan. «L’implication du président de la République dans un appareil politique pose problème. Nous affirmons haut et fort l’incompatibilité de la fonction de président de la République et de chef de parti ». Mieux, poursuit le candidat de la coalition «Diao 2024» «nous envisageons d’exclure des acteurs politiques dans le champ de certains postes de l’administration. Si vous mettez la politique au cœur du fonctionnement de l’état, vous mettez en danger l’existence même de cet état».

Loin de s’en tenir là, El Hadji Mamadou Diao dit Mame Boye Diao a également déploré la situation que traverse actuellement la jeunesse sénégalaise avec le drame de l’émigration irrégulière. Estimant que ce cette situation est la conséquence des années de leur marginalisation par les pouvoirs publics, El Hadji Mamadou Diao dit Mame Boye Diao a tendu la main à tous les jeunes à se joindre à lui pour trouver ensemble des solutions aux différents problèmes qu’ils vivent dont celui de l’emploi que l’émigration irrégulière ne peut résoudre. Sous ce rapport, il a invité les jeunes à croire à eux-mêmes et ne pas prêter l’oreille à ceux qui lui promettent Monts et merveilles en précisant que «la réussite ne se ramasse pas dans la rue». «Tous ceux qui ont réussi aujourd’hui, ont beaucoup souffert pour arriver à leur niveau actuel», a-t-il insisté.

Par ailleurs, revenant sur la méthodologie utilisée dans l’écriture de cet ouvrage de 268 pages réparti en 4 grandes parties, le candidat de la coalition «Diao2024» renseigne que c’est par soucis d’exposer à la critique des Sénégalais la vision qui sous-tend les actions de son programme de gouvernance. A ce titre, l’ancien directeur de la caisse de dépôts et consignations (Cdc) a indiqué avoir commencé par faire un état des lieux qui lui a permis de dire dans certains secteurs comme celui primaire (agriculture, pêche…) ce qu’il pense comme problématique et qu’est-ce qu’il envisage comme solution. «La troisième partie du livre est consacrée à la refondation. Nous avons évoqué dans cette partie certaines problématiques clés qui sont des besoins essentiels pour notre pays notamment sur le fonctionnement de la justice, les institutions démocratiques, la politique de jeunesse et les opportunités qui vont s’offrir à notre pays. Nous avons enfin ouvert des perspectives qui doivent façonner le rôle de la société civile, les hommes politiques, du Sénégalais de demain dans la quatrième et dernière partie», a-t-il expliqué. Et de poursuivre, «c’est donc, une réflexion d’ensemble qui, au-delà du diagnostic que nous avons fait du monde, de l’Afrique et du Sénégal, nous appelle à nous projeter et à faire comprendre qu’il est possible que le Sénégal de demain soit construit sur la base de jalons clairs et qui peuvent redonner de l’espoir à la jeunesse de notre pays. C’est un Sénégal qui doit être inclusif et qui permettra que chacun apporte sa pierre à l’édifice».

Tenue à Terrou Bi, cette cérémonie a réuni plusieurs de ses partisans, des représentants d’autres candidats déclarés à cette élection présidentielle de même que des universitaires dont le sociologue, Djiby Diakhaté, l’économiste Dr Khadim Bamba Diagne et le professeur de droit Ababacar Gueye de l’Ugb. Prenant la parole, Dr Abdoulaye Diallo, directeur de Harmattan Sénégal qui a édité le livre a salué cette démarche du candidat de la coalition «Diao2024» consistant à «accoucher sa vision» sur un livre tout en invitant les autres acteurs politiques et candidats à faire de même pour dit-il contribuer à «l’élévation du débat politique au Sénégal». Abondant dans le même sens, Dr Khadim Bamba Diagne qui s’est félicité de cet ouvrage déclare lui que «gérer un pays c’est du sérieux, un homme politique qui a une ambition doit pouvoir mettre dans un livre sa vision pour permettre aux gens d’apprécier». «Dans le livre, Mame Boy Diao ne s’est pas contenté à faire le constat sur la situation actuelle mais, il est allé au-delà en formulant des pistes de solutions. Sur les raisons qui l’ont conduit à écrire le livre, l’auteur parle de son attachement à Kolda, c’est élément important. La traduction du livre en arabe montre également l’attachement de l’auteur à nos langues locales. L’auteur a également souligné l’importance du travail en invitant les jeunes à chercher des modèles endogènes», poursuit le sociologue Djiby Diakhaté. Pour sa part, le professeur de droit Ababacar Gueye de l’Ugb souligne au sujet de ce livre qu’il «nous interpelle sur les problèmes de nos institutions politiques qui ne sont pas adaptés à nos réalités endogènes. Il faut une refondation majeure pour adapter ces institutions pour permettre à notre pays de prendre son envol».

Nando Cabral GOMIS

Leave a reply