«C’est inacceptable, intolérable, anormale et condamnable», Martial Kounou, directeur pays de l’Ong plan international

0
275

Le harcèlement et des violences sexistes sont de nos jours tellement récurrents qu’on a tendance à les prendre pour une norme. Ce qui est inacceptable,  intolérable, anormale  et condamnable. Au lieu d’être encouragées à s’exprimer en ligne, les filles sont abusées  et mises à  l’écart des espaces collectifs. C’est le cri de cœur du Directeur pays de l’Ong Plan International, Marcel Kounou.

Il informe que le travail de plaidoyer accompli pour la campagne «Pass the Mic» a permis de capitaliser des témoignages de plus de 1000 filles  de Dakar,  Louga,  Saint-Louis,  Kaolack, Thiès et Kédougou. «Tous ces témoignages racontent un vécu similaire, jonché d’insultes, de photos-vidéos montages, d’extorsions, de chantages et de menaces de publication sans leur consentement, d’arnaque à la webcam. A cette discrimination, s’ajoutent divers types d’abus qui, en raison du niveau d’éducation des filles, leurs éventuels handicaps et leur appartenance géographique, continuent à accentuer leur vulnérabilité. Les filles se trouvent ainsi réduites au silence par des pratiques de harcèlement», déplore-t-il.

Sur le même dossier : Cyber harcèlement : des filles souffrent, en silence

Il rappelle ainsi que les Objectifs de développement  durable (Odd) préconisent l’utilisation des technologies de l’information et de la communication et la généralisation de l’accès à l’internet dans le but de lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes. «Les marchés de technologies mobiles sont en pleine expansion dans les pays en développement, particulièrement au Sénégal. Toutefois, trop souvent, dans ce boom technologique, on ne met pas les garde-fous indispensables à la sécurité des filles, pour les protéger des violences sexistes perpétuées en ligne», indique M. Kounou.

Selon lui, rares sont les rapports crédibles portés par les détenteurs de pouvoirs qui pourraient régler, d’une part, l’ampleur de la nature du problème et, d’autre part, l’existence de mécanismes de signalement des sites internet et de plateformes sur les réseaux sociaux. Il est nécessaire, selon lui, que les entreprises technologiques, les réseaux sociaux et les gouvernants démontrent leur sensibilité par rapport au harcèlement en ligne mais surtout envisager des mesures punitives à l’encontre de leurs auteurs.

Ndeye Aminata CISSÉ

Leave a reply