Cheikh Mbow, directeur exécutif de la Cosydep : « Nous devons continuer à être vigilants, prospectifs pour pouvoir alerter… »

0
737

« C’est une session d’échanges qui avait été organisée et initiée par la Cosydep et qui nous a permis de réunir les acteurs de catégories différentes : parents d’élèves, enseignants, enseignants, ONG et des acteurs d’expertise complémentaires, sociologues etc. Nous sommes à la veille de la reprise après les vacances de fin de semestre. On se rappelle tous que ces vacances avaient été anticipées de deux jours pour des raisons liées aux crises politiques. Demain –ce mercredi-Ndlr) sera la reprise et nous avons écouté les acteurs. Nous nous sommes rendus compte qu’il y a des menaces qui planent venant du ministère de l’Education mais aussi avec des répliques venant des organisations d’enseignants. Cela fait qu’en tant qu’organisation de la société civile, nous devons continuer à être vigilants, prospectifs pour pouvoir alerter dans le sens de dire qu’il serait essentiel qu’on puisse bien traverser ce trimestre qui nous sépare des examens de fin d’année scolaire. Nous savons que c’est un moment difficile et très sensible parce que cela s’inscrit dans un contexte suffisamment agité. Tout le monde connait la relation qui existe entre la vie politique et la stabilité scolaire parce que l’école étant une société en miniature. Donc, il est essentiel dans ce sens-là que l’école puisse faire entendre sa voix. Vous le savez, ce sont des millions d’apprenants qui sont impliqués et même pour ceux qui vont exercer ces élections politiques, ils ont encore besoin de nos écoles, de nos enseignants et donc il y a un retour sur investissement. Ce retour sur investissement, c’est déjà la stabilité du système éducatif dans cette période. Nous considérons aussi que ce sont des débats et des échanges dans le cadre préélectoral qui puisse faire des réflexions, des propositions importantes pour le système éducatif. Nous considérons aussi que le plus important que de manière générale notre pays puisse retrouver sa paix parce que sans la paix, sans une stabilité, sans la sérénité, les autres secteurs vont être impactés. Dans ce sens, notre appel, c’est demander au Chef de l’Etat qui est garant des libertés individuelles et collectives, de conduire toutes les parties prenantes vers  cette période de pacification ».

 M DJIGO

Leave a reply