Cheikh Oumar Sy membre de la coalition Aar Sénégal : «Dire que le président du groupe parlementaire a plus de temps de parole n’est pas un argument solide»

0
946

«Il faut tout d’abord rappeler qu’à l’Assemblée nationale, la loi et le règlement intérieur de l’Assemblée nationale permettent d’avoir des groupes parlementaires si, on atteint le nombre de députés requis. Et ce nombre de députés requis est de 15 parlementaires. Il faut rappeler aussi qu’en 2012, ce nombre de députés requis pour constituer un groupe parlementaire était de 10. C’est le Président Macky Sall qui l’a changé pour ramener ça à 15 parlementaires. Aujourd’hui, l’opposition est parvenue à avoir 80 députés contre 82 pour le camp du pouvoir. Ce qui lui permet d’avoir des groupes parlementaires.

Au-delà de cette possibilité d’avoir des groupes parlementaires, c’est la réalité politique qui rattrape l’inter-coalition Yeww-Wallou au sein de l’Assemblée nationale. A l’Assemblée nationale, on ne peut pas parler d’inter-groupe, on peut parler que de groupe. Et, aujourd’hui, Wallu a son groupe parlementaire. Ils sont 27 députés, légitiment, ils peuvent avoir leur groupe parlementaire puisqu’ils sont allés aux élections législatives sur une liste. Yewwi Askan Wi qui est également allé aux législatives sur une liste peut également constituer un groupe parlementaire. Seulement, le problème avec cette coalition c’est qu’elle constituée de sous coalitions et de partis politiques parmi lesquels trois sont sortis majoritaires. Il s’agit de Taxawu Sénégal de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, le Pastef d’Ousmane Sonko et le Parti de l’Unité et du rassemblement (Pur) du marabout Serigne Moustapha Sy. Fondamentalement du point de vue politique et les enjeux présidentiels des ténors de Yewwi Askan Wi, chacun va vouloir avoir au moins une mainmise sur ses députés à l’Assemblée nationale en perspective de la présidentielle de 2024. De l’autre côté, est-ce que Benno maintiendra un seul groupe parlementaire 82 députés. C’est à voir ? Mais, l’argument avancé aujourd’hui qui est de dire que le président du groupe parlementaire a plus de temps de parole n’est pas un argument solide. D’abord, l’éclatement des Groupes parlementaires, ce qui est tout à fait légitime parce que la loi de l’Assemblée nationale permet de créer autant de Groupes parlementaires si vous atteignez le quota, va engendrer des coûts. Lesquels vont avoisiner si on calcule dans les deux milliards de francs Cfa. Il faut que les populations sachent, combien un groupe parlementaire ? Ces groupes parlementaires vont peser sur la marche de l’Assemblée nationale».

Recueillis par Nando Cabral GOMIS

 

 

Leave a reply