Chiffres de l’emploi au Sénégal, selon l’Ansd : 10.843.467 personnes, soit 61,3% de la population en âge de travailler

0
308

Les résultats du cinquième (5e) Recensement général de la population de l’habitat (RGPH-5, 2023) publiés avant-hier, mardi 9 juillet 2024, par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), montre que plus de 10 millions de sénégalais sont en âge de travailler.  Ils représentent 61,3% de la population. La population active est en majorité féminine et est concentrée dans les centres urbains.

Au Sénégal, la population en âge de travailler (ou les actifs potentiels), âgée de 15 ans ou plus, est estimée à 10.843.467 personnes ; soit 61,3% de la population sénégalaise. Elle est majoritairement composée de femmes (51,2%) et est plus concentrée en milieu urbain (58,6%). Cette population est inégalement répartie dans les régions.

En effet, la région de Dakar concentre 25,6% des actifs potentiels du Sénégal et 44,6% de ceux résidant en milieu urbain. Les régions de Thiès (14,0%) et de Diourbel (10,9%) accueillent également des parts importantes de la population potentiellement active. Ces trois régions regroupent un peu plus de la moitié (50,5%) de la population totale en âge de travailler dont 70,7% habitent en milieu urbain.

Par ailleurs, la population rurale en âge de travailler est plus concentrée dans les régions de Thiès (13,7%), Louga (10,4%) et Kaolack (9,7%). Les plus faibles effectifs d’actifs potentiels se trouvent dans les régions de Kédougou (1,3%), Sédhiou (2,9%) et Ziguinchor (3,5%). Dans toutes les régions, la population en âge de travailler est à dominante féminine et est plus concentrée en milieu urbain.

Les résultats montrent qu’en 2023, la moitié des Sénégalais en âge de travailler est active, indépendamment du milieu de résidence. Le taux d’activité des hommes (62,4%) est largement supérieur à celui des femmes (42,5%). Le taux d’occupation habituelle, représentant la proportion de personnes habituellement occupées par rapport à la population en âge de travailler, est estimé à 33,7%.

Les hommes affichent un taux d’occupation de 48,2%, nettement supérieur à celui des femmes (19,8%). Au niveau régional, Dakar présente le taux d’occupation le plus élevé (45,0%), suivie de Thiès (36,7%). Les individus ayant suivi une formation informelle présentent un taux d’occupation de 66,0%, supérieur à ceux ayant suivi une formation formelle (50,2%). Par conséquent, près de la moitié des individus ayant suivi une formation formelle ne sont pas occupés. Les résultats du RGPH-5 indiquent que le pourcentage des jeunes âgés de 15-24 ans ni en emploi, ni en études, ni en formation (NEET1), est de 46,8%.

Par ailleurs, ce pourcentage de NEET est plus élevé chez les femmes (55,2%) que chez les hommes (38,0%). La répartition régionale montre que les régions de Matam (63,3%), Tambacounda (59,9%) et Kédougou (59,8%) affichent le pourcentage de NEET le plus élevé. Tandis que la région de Dakar enregistre le pourcentage de NEET le plus faible. Par ailleurs, pour l’ensemble des régions, les femmes ont des pourcentages de NEET les plus élevés. De plus, le pourcentage de NEET est plus élevé en milieu rural (54,9%) qu’en milieu urbain (40,3%).

S’agissant de la population inactive, elle est constituée principalement par les femmes occupées au foyer (35,1%) et les élèves/étudiants (31,5%). Ainsi, un peu plus de 6 personnes inactives sur 10 (61,1%) sont des femmes. Parmi les inactifs, 64,0% ont moins de 35 ans, dont 44,7% moins de 25 ans. Par ailleurs, 8,7% des enfants âgés de 6 à 14 ans sont impliqués dans des activités économiques.

Autre information du RGPH-5, le travail des enfants est plus fréquent chez les garçons (10,4%) que chez les filles (7,0%). Au niveau régional, il est plus répandu dans les régions de Kaffrine (18,9%) et Tambacounda (16,0%) et touche davantage les enfants qui n’ont jamais fréquenté l’école (24,8%), comparativement à ceux qui ont fréquenté l’école (11,6%) et ceux qui sont actuellement scolarisés (1,5%).

Enfin, l’analyse des activités économiques révèle que le secteur tertiaire est dominant au Sénégal. Il emploie 50,0% des actifs, suivi du secteur primaire (33,8%) et du secteur secondaire (16,2%). La majorité des actifs (64,0%) sont des travailleurs indépendants, tandis que les salariés représentent 16,1%, répartis entre 12,1% de permanents et 4,0% de temporaires. En ce qui concerne le secteur institutionnel, près de la moitié des actifs (49,6%) travaillent dans le secteur informel, contre 33,0% pour le secteur public et 17,1% dans l’informel.

Fatou NDIAYE

Leave a reply