(Chronique Mon mot à dire) Un pas en avant, deux pas en arrière, Par Félix NZALE

0
447

Qualifié suite à sa double confrontation contre l’Egypte, le Sénégal sera bien présent au Qatar pour la Coupe du monde de football. L’explosion de joie et les scènes de liesse qui ont suivi cette qualif’ au match retour au stade Abdoulaye Wade de Diamniadio, donnent cependant à réfléchir.

Avant le match, des hordes de jeunes ont déboulé sans sésame d’entrée dans ce stade hyper moderne. Ils ont défié les forces de l’ordre avec cette volonté tenace de pénétrer par la force. On se rappelle encore le jour de l’inauguration qui a vu les présences de nombreuses autorités, y compris au moins cinq chefs d’Etat. Des sièges ont été saccagés, plusieurs installations vandalisées. Ailleurs, au Nigéria, c’est tout le stade qui a été détruit au motif que les Super Eagles ont été éliminés. Et ce ne sont pas là des épiphénomènes ou des accès émotionnels résiduels. En Afrique, généralement, c’est une constante : on n’est pas content, on casse tout.

C’est oublier, pour ce qui nous concerne, que plusieurs milliards de nos francs ont été déboursés pour nous offrir ce que nous réclamions tous. A savoir une infrastructure digne de notre rang de meilleure équipe d’Afrique validée par la victoire finale lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Que ce serait-il passé si le Sénégal avait été éliminé par l’Egypte car cela était bel et bien possible, surtout aux tirs aux buts ? C’est sans doute ce bijou qui aurait été saboté. Et les mêmes saccageurs reviendraient plus tard pour en exiger un nouveau ! Le football, comme toutes les autres disciplines, est un sport qui soulève des passions. L’on peut gagner aujourd’hui, et perdre demain. Tel est d’ailleurs la loi du sport en général.

Une foule ne réfléchit pas, mais l’individu si. Alors, le travail est individuel. Un effort de chacun sur soi-même pour comprendre que ce qui nous appartient doit être protégé et sauvegardé ne serait pas une corvée de trop. Comprendre cela, c’est arriver dans un lieu de compétition avec la claire conscience que tout peut arriver. Mais qu’il y a seulement à dompter ses émotions pour ne pas verser dans une hystérie destructrice. Mais il faut croire que certains pensent qu’ils progressent quand ils ont fait un pas en avant, deux pas en arrière.

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :