Climat: comprendre les pertes et dommages, grande attente du Sud à la COP27 (1/2)

0
774

Cheval de bataille historique des pays les plus vulnérables au changement climatique, la question des compensations financières pour les dégâts causés pourrait s’imposer pour la première fois à l’agenda officiel de la COP27, qui se tient à Charm el-Cheikh (Égypte) du 7 au 18 novembre. De quoi s’agit-il ?

  • Pertes et dommages : compenser l’irréversible

Dans le jargon onusien, les pertes et dommages (ou pertes et préjudices) désignent une réalité tragique pour ceux qui les vivent : ce sont les dégâts causés par le changement climatique et ceux qui surviendront inéluctablement – même en cas de maintien du réchauffement à 1,5°C, objectif phare de l’Accord de Paris –, et que les populations (d’un pays, d’un village) ne sont pas en mesure d’affronter ni de surmonter après coup.

Les pertes et dommages sont donc étroitement liées aux réparations (humaines, morales, matérielles, financières…) qui en découlent.

Si effets du changement climatique affectent l’ensemble de la planète et n’épargnent pas les pays riches (inondations en Allemagne, feux en Europe et aux Etats-Unis…), les pays pauvres ou en voie de développement sont d’autant plus affectés qu’ils sont 1. plus exposés au changement, 2. moins bien préparés, 3. dépourvus des capacités financières pour se relever seuls. Ils sont de surcroit beaucoup moins contributeurs, historiquement et actuellement, du réchauffement qui les menace : 80% des émissions sont proviennent des vingt pays les plus développés.

Les pays vulnérables demandent donc que les pertes et dommages soient considérés comme le troisième pilier de la lutte mondiale contre le réchauffement climatique, après l’atténuation (i.e la réduction des gaz à effets de serre (GES)) et l’adaptation (la prévention de la menace). « Quand on parle de pertes et dommages, cela veut dire qu’on ne peut plus s’adapter. Il est fondamental de considérer la question des pertes et dommages comme un troisième élément, en plus de l’adaptation et de l’atténuation, pour terminer le puzzle nécessaire à la lutte contre le changement climatique », définit la négociatrice sénégalaise Aïssatou Diouf.

Ces pertes et dommages sont d’abord économiques et la conséquence de phénomènes extrêmes et soudains. Dernièrement, le super-typhon Noru aux Philippines ou les inondations dévastatrices au Pakistan. 1700 personnes sont mortes et 33 millions affectées. L’État pakistanais a réévalué à 40 milliards de dollars le coût des destructions : 13 000 km de routes, plus de 400 ponts et 2 millions de maisons ont été endommagés. Malgré ses 220 millions d’habitants, ce pays est responsable de moins de 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. « Il est donc raisonnable d’attendre au moins un semblant de justice pour ces pertes et ces dommages », avait plaidé le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, à la tribune de l’ONU.

Ils sont ensuite la traduction, plus lente et insidieuse, du changement climatique : la montée du niveau de la mer, la salinisation et la perte des terres arables, la destruction progressive des écosystèmes (mangroves, lacs…), des sécheresses à répétition, les effets à long terme sur la santé, le bouleversement d’activités économiques locales qui engendrent le déracinement de populations, etc. Au Bangladesh, pays-delta dont un quart de la surface pourrait bientôt être mangé par la mer, le nombre de victimes de catastrophes a chuté de façon spectaculaire en quelques décennies, alors même que le nombre de cyclones a augmenté. Un progrès dû notamment à la mise en place de systèmes d’alerte précoce pour prévenir les populations et les mettre à l’abri. Mais après cette adaptation au risque, viennent les pertes et dommages, et là, le bât blesse. « Les gens survivent mais ils n’arrivent pas à revenir à leur vie d’avant. Au-delà de leur donner à manger pendant trois mois et de leur installer des tentes, il faut leur donner les moyens de construire un habitat durable, de pouvoir relancer une activité économique, etc. Et ça, c’est un angle mort » dans la finance climatique, explique Fanny Petitbon, spécialiste de cette question à l’ONG Care.

Ces dégâts matériels s’accompagnent souvent de pertes et dommages non économiques : exil forcé, détresse psychologique, disparition du patrimoine culturel et immatériel comme les traditions, les savoir-faire, voire les langues après la séparation de populations. Au Bangladesh encore, une recherche(1) publiée le 7 octobre montre comment les effets du changement climatique engendre une kyrielle de conséquences sur la santé physique et mentale des populations, spécifiquement des femmes.

Exemple frappant : l’exposition croissante aux eaux salées qui remonte. Elle provoque la chute des cheveux, l’hyperpigmentation de la peau et de multiples problèmes gynécologiques – souvent non traités, faute par exemple de médecin féminin. En réaction, les habitants sont contraints à se raser les cheveux, à les teindre au henné, à acheter plus fréquemment du shampoing pour les soigner, ou simplement à accepter cette fatalité. S’agissant de la pigmentation, qui s’accélère avec l’âge, elle contribue aux mariages précoces des jeunes filles mais aussi à les maintenir à l’intérieur de la maison, où d’ailleurs, le poids des difficultés augmente et engendre plus de stress. En outre, hommes et femmes doivent parfois choisir l’exil pour s’assurer un mariage. Une famille, dans l’Union Gabura, avait dû vendre son enfant après le passage d’Aila en 2009, rapporte encore l’étude. Les conséquences non économiques sur les systèmes agricoles sont pléthoriques. Les transmissions des savoirs (culture du riz, foresterie…) ne se font plus d’une génération à l’autre et l’utilisation de fertilisants chimiques augmente pour contrer la dégradation des sols. « Des traditions centenaires qui fondent ces sociétés sont menacées, constate Simon Anderson, co-auteur de l’étude. C’est dévastateur pour les communautés. »

  • Une demande de reconnaissance vieille de trente ans

Les pertes et dommages sont le vilain petit canard des négociations climat, longtemps marginalisé par les pays riches, qui rechignent déjà à financer l’adaptation.

Mais les dégâts climatiques se faisant plus fréquents et la patience des pays du Sud s’émoussant, le principe de réalité place désormais les pertes et dommages au centre des préoccupations. Selon un rapport OCDE de mars 2022, le changement climatique pourrait faire basculer plus de 130 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté d’ici 2030. Lundi et mardi prochain, à l’ouverture de la COP, les pays du Sud négocieront donc pour que la question soit mise à l’agenda… des négociations ! Ce qui, sauf coup de théâtre, devrait être fait. Pour les pays demandeurs, « cela serait une une victoire, mais cela dépend beaucoup de la formulation. Si elle empêche tout progrès réel vers une facilité de financement et l’opérationnalisation du réseau de Santiago, cela pourrait se terminer par une victoire des pays industrialisés », tempère Simon Anderson.

Cette antienne des pertes et dommages remonte aux origines de l’élaboration de la Convention-Cadre de l’ONU sur les changements climatiques (le texte créateur des COP, né à Rio en 1992, auquel adhèrent les 198 Etats-parties). Elle est alors portée par le Vanuatu, au nom des petites îles du Pacifique, qui demandent un mécanisme assurantiel pour faire face à la montée de l’eau.

Mais il faut attendre la COP19 (2013) en Pologne pour que les pertes et dommages se réalise dans la création du Mécanisme de Varsovie puis la COP25 (2019) de Madrid, qui accouche d’un Réseau de Santiago. Deux avancées qui font aujourd’hui référence, mais deux coquilles qui ne sont toujours pas pleinement opérationnelles. Le fonctionnement de ce dernier sera l’un des points de discussions à Charm el-Cheikh. Entre temps, l’Accord de Paris a consacré pour la première fois « les pertes et préjudices », mais simplement pour dire la « nécessité » de les « les éviter », de les « réduire au minimum » et d’y « remédier » (article 8). Rien d’engageant, d’autant que les pays riches, États-Unis en tête, protègent leurs arrières en obtenant que cette mention « ne peut donner lieu ni servir de fondement à aucune responsabilité ni indemnisation ». Deux termes au cœur des enjeux actuels.

En 2021, la pression monte de plusieurs crans. La société civile, fortement mobilisée, défile dans les rues de Glasgow en faisant de « la justice sociale » son slogan. Mais côté diplomatie, c’est à nouveau la douche écossaise : les 100 milliards annuels promis depuis 2009 pour le pilier adaptation de la finance climat ? Toujours pas atteints, 16,7 milliards manquent à l’appel. La « facilité financière sur les pertes et dommages » proposée par les pays du Sud pour subvenir aux réparations ? Pas question, disent États-Unis et UE, qui n’ont consenti à la mise en place d’un « Dialogue de Glasgow » prévu pour durer trois ans, jusqu’en 2024. À Bonn (Allemagne), en juin dernier, lors de la première rencontre dans le cadre de ce Dialogue, le représentant des Aosis (petits Etats insulaires) Michai Robertson, n’a pas dissimulé son amertume : « le Dialogue de Glasgow semble n’être qu’un monologue sans destination claire. » Fanny Petitbon, qui y a assisté, se rappelle d’un moment de diplomatie particulièrement houleux pour un type de rencontre habituellement plus technique que politique. « Les pays du Sud ont eu le sentiment d’assister à une énième session de bla-bla-bla. Ce premier dialogue a montré la déconnection totale vis-à-vis des attentes pressantes des pays du Sud ».

Pour la responsable du plaidoyer à Care, « il y a très nettement un avant et un après COP26 sur la question des pertes et dommages. Un changement de ton s’est incarné au début de la COP26, par exemple lorsqu’Antigua-et-Barbuda et Tuvalu avaient annoncé une commission de petits États insulaires pour envisager, en parallèle de la voie diplomatique, les options juridiques pour demander des compensations aux pays développés et aux entreprises des énergies fossiles. »

  • Ce qu’attendent les pays vulnérables

« Les pays en développement font remonter ce sujet parce qu’on sait que les Contributions nationales déterminées [les engagements pris par les États pour réduire leurs émissions, NDLR] sont insuffisantes donc on est inquiet pour l’atténuation et on sait aussi que l’adaptation est mal aimée par rapport à l’atténuation », contextualise Lola Valejo, directrice du programme Climat à l’Iddri, avec en aval, plus de dégâts à payer, des pays qui s’appauvrissent et qui sont encore moins apte à lutter contre les assauts du climat.

Cette exposition croissante à la vulnérabilité exige donc des financements, martèlent les pays concernés, et ceux-ci doivent s’additionner à ceux qui existent déjà : l’aide humanitaire d’urgence, celle au développement, les dispositifs d’assurances, les systèmes d’alerte précoce… Tout cela « couvre une infime partie des besoins des pays du Sud », indique Fanny Petitbon. Ils réclament donc une entité séparée, une facilité financière indépendante spécifiquement dédiée, « d’une part pour assurer la coordination entre ces mécanismes et d’autre part pour combler tous les besoins qui ne sont pas couverts. Cela veut dire mobiliser énormément d’argent, de financements nouveaux et additionnels aux 100 milliards » promis pour l’adaptation et eux-mêmes dépassés par la réalité des besoins.

Lola Valejo nuance : « sur le terrain, ce n’est pas si simple de savoir ce que l’on financerait de très différent avec de nouveaux financements additionnels. Ce n’est pas une distraction de dire que renforcer les piliers existants [aides, assurance, systèmes d’alerte…, NDLR], c’est aussi une façon de faire face aux pertes et dommages du changement climatique. » Pour la chercheuse, si la solution de ce mécanisme dédié est choisie, « il faudra être très précis sur ce que ça finance de plus ou de différent par rapport à l’existant. »

Ce qui fait dire à Avinash Persaud, conseiller économique de Mia Mottley, Première ministre de la Barbade : « Les pertes et dommages sont encore, aux yeux des pays développés, un concept « peu maniable, flou qui doit d’abord être redéfini plus clairement » afin de pouvoir répondre à des besoins précis.

Quels sont ces besoins ? Potentiellement gigantesques, tout le monde se l’accorde. Mais peu d’estimations circulent sur le montant, difficilement calculable, que représenteraient les pertes et dommages. Une étude de 2018 établit toutefois une fourchette de 280 à 590 milliards de dollars d’ici à 2030 les besoins des pays du Sud, pour les seules pertes économiques. Selon un rapport publié par le Forum des pays vulnérables (CVF) en juin, le changement climatique leur a déjà coûté 525 milliards de dollars entre 2000 et 2019, soit 1/5 de leur richesse. Le continent africain perd entre 5 et 15% de son PIB par an à cause du réchauffement, selon la Banque africaine de développement.

Ces pays demandent qu’un rapport sur l’écart entre les financements disponibles et les besoins réels soit rédigé par l’ONU et publié, comme c’est déjà le cas pour l’adaptation et l’atténuation(2). « Cela permettrait d’avoir une base de compréhension commune, remarque Fanny Petitbon. Pour l’instant, les pays du Nord le refuse, sans vraiment l’expliquer. »

La demande porte enfin sur la nature de ces financements additionnels : les demandeurs veulent s’assurer qu’il s’agisse bien de dons et non de prêts. Or, sur ce point, pas sûr que le message ait été bien reçu. La semaine dernière, John Kerry, envoyé spécial des États-Unis pour le climat, a déclaré que les Etats-Unis oeuvreront lors de la COP27 « au développement multilatéral de directives pour les banques, afin de mettre davantage d’argent disponible pour des prêts ».

Selon les derniers chiffres de l’OCDE (août 2022), 71% du financement public pour le climat (atténuation et dans une moindre mesure adaptation) étaient des prêts (48,6 milliards de dollars).

(1) Etude menée dans deux régions du sud-ouest du Bangladesh par deux instituts partenaires, l’IIED fondé en 1973 à Londres et l’Icccad, créé en Dacca en 2009, et dirigé par Saleemul Huq, expert reconnu du changement climatique et auteur principal au Giec.

(2) Emission Gap Report, sorti le 27 octobre, dévoile la différence le niveau d’émissions de GES mondiales projetées à 2030 par exemple et le niveau nécessaire pour limiter le changement climatique.

Rfi.fr

Leave a reply