Clôture du 9ème Forum Mondial de l’eau : un «Blue Deal» pour garantir le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous

0
494

Clap de fin pour les travaux de la 9ème édition du Forum Mondial de l’Eau (FME) Dakar 2022, tenue du 21 au 26 mars à Diamniadio, sous le thème de la «Sécurité de l’eau pour la paix et le développement» ! Rendez-vous est pris pour Bali 2024, en Indonésie, qui accueillera le 10ème FME dans trois ans, après cette première (Dakar 2022) en Afrique sub-saharienne depuis sa création, en 1997. En attendant, dans la «Déclaration de Dakar» intitulée «Blue Deal» («Deal Bleu» pour la sécurité de l’eau et de l’assainissement pour la paix et le développement) la Communauté internationale a engagé les Etats à garantir le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous.

Après cinq (5) jours d’échanges, les travaux du 9ème Forum Mondial de l’Eau Dakar 2022, ouverts le lundi 21 mars dernier, sous le thème de la «Sécurité de l’eau pour la paix et le développement», ont été clôturés le vendredi 25 mars à Diamniadio, par l’adoption de la «Déclaration de Dakar».  Cette «résolution» intitulée «Blue Dea» (Deal Bleu) pour la «Sécurité de l’eau et de l’assainissement pour la paix et le développement» se décline en cinq axes dans lesquels la Communauté internationale appelle d’abord à accélérer l’effectivité de «l’application du droit à l’eau potable et à l’assainissement pour tous, en se dotant de cadres législatifs adaptés et mobiliser tous les acteurs à travers des stratégies intégrées et inclusives».

Ensuite, le document final sur la nécessité de «favoriser l’application du droit international humanitaire, en particulier les Protocoles additionnels aux Conventions de Genève de 1949, qui prévoit la protection des systèmes d’adduction d’eau et d’assainissement qui sont vitaux en temps de conflits». Il y a aussi l’invite faite à «adopter des plans de gestion durable et intégrée pour préserver les ressources en eau et les écosystèmes et garantir la résilience face aux changements climatiques et à la pression démographique, à sensibiliser à ces problématiques pour susciter une évolution vers des modes de production et de consommation plus durables et responsables, et renforcer la protection des zones humides et inciter à la conservation des systèmes d’eau traditionnels, au recyclage et à la réutilisation des eaux usées traitées».

LA «DECLARATION DE DAKAR» COMME CONTRIBUTION A LA CONFERENCE DE L’ONU SUR L’EAU EN 2023

Puis, le Forum a, par ailleurs, recommandé au gouvernement de la République du Sénégal et au Conseil Mondial de l’Eau, en leur qualité de co-organisateurs de cette 9ème édition du FME, de soumettre la présente «Déclaration de Dakar» comme contribution à la Conférence des Nations Unies sur l’Eau en 2023. D’ailleurs, le Forum de l’eau est l’un des jalons préparatoires de la deuxième conférence intergouvernementale de l’ONU consacrée à l’eau, depuis celle de Mar del Plata… en 1977, qui aura lieu dans un an et devrait concentrer de réelles attentes. Le document d’engager, en fin, la Communauté internationale et toutes les parties prenantes à endosser également la présente «Déclaration de Dakar sur la Sécurité de l’eau et de l’assainissement pour la paix et le développement» et à contribuer à la mise en œuvre effective des résultats issus du Forum Dakar 2022.

En somme, le «Blue Deal» de Dakar met l’accent sur l’importance du droit humanitaire pour «la protection des systèmes d’adduction d’eau et d’assainissement» ; incite à «mobiliser les finances publiques» comme celles des « partenariats de développement » pour «créer des emplois «bleus» et «verts» en faveur des jeunes, des femmes et du monde rural» ; « encourager les investissements du secteur privé » ; à «promouvoir la gestion transparente, efficiente et inclusive des services d’eau». Non sans mettre un accent particulier sur l’importance de l’accès à l’eau dans l’environnement rural ainsi que l’enjeu de la réutilisation des eaux usées.

Vivement que ces recommandations ne passent pour de simples vœux pieux, d’ici la prochaine «Coupe du monde de l’eau», précisément le 10ème Forum Mondial de l’Eau qui aura lieu dans trois ans, en 2024 à Bali, en Indonésie. Surtout que, comme le note RFI, ce sont des termes généraux et diplomatiques utilisés qui cachent de vraies réalités, gommées dans le texte par l’art du compromis. En attestent, si les mots «durable» (cinq fois), «responsable» ou encore «utilisation rationnelle» figurent en bonne place, celui de «sobriété» brille par son absence.

I.DIALLO

Leave a reply