Collectivités territoriales : quand la communauté catholique souffre des grèves

0
710

Depuis plusieurs mois, des syndicats sont en mouvement, surtout ceux de la santé et des Collectivités territoriales. Malgré la multiplication des grèves, le gouvernement reste silencieux à leurs revendications, au moment où la population éprouve beaucoup de peine pour la délivrance de certains documents administratifs.

La jonction des plateformes And Gueussem et les syndicats des travailleurs des Collectivités territoriales vient de boucler, la semaine dernière, un autre de leur plan d’action. Depuis plusieurs mois, elle était en mouvement d’humeur pour réclamer de meilleures conditions de vie mais aussi l’entrée en vigueur de la Fonction publique locale.

Dans des régions comme Ziguinchor, le mot d’ordre a été largement suivi. Au niveau des collectivités territoriales, il n’y avait pas de délivrance de document administratif, ni de déclaration de naissance et de décès. Toutes les procédures ont été bloquées et renvoyées au lundi dernier. Une situation qui a été décriée par plus d’uns. Si le porte-parole de la jonction, Mballo Dia Thiam, a estimé que leur mot d’ordre a été suivi à 98% dans les régions, la réalité constatée sur le terrain le conforte.

Des Sénégalais ont été contraints de renvoyer leur cérémonie de mariage, faute d’agent assermenté. Et c’est la communauté catholique qui paie le plus lourd tribut. Car contrairement au musulman qui peut se marier devant l’iman et amener après les documents (remis par la mosquée) pour enregistrement à l’Etat civil, le catholique lui est tenu de passer à la mairie (où le mariage civil est acté) pour pouvoir célébrer le mariage religieux à l’église. Ce document signé par le maire ou ses adjoints ou l’officier d’état civil, et qui doit respecter le régime de la monogamie, reste le seul document qui doit permettre au prêtre d’unir devant Dieu les deux prétendants ou conjoints.

Pour Pierre Antoine Mendy, il a fallu négocier avec la mairie de Ziguinchor. Une issue heureuse a été trouvée pour lui permettre de célébrer son mariage civil. «Le mariage religieux ne peut pas être célébré, sans que celui civil le précède, chez les catholiques. La célébration religieuse était programmée pour le samedi et les prêtres avaient pris toutes les dispositions. Il a fallu discuter avec les agents et ils ont trouvé une solution. Au lieu de 16 h, le vendredi, le mariage a été fait à 9 h» a-t-il avancé. Et de poursuivre : «s’il n’y a pas de mariage à l’Eglise, celui civil est de facto renvoyé».

Des craintes qui planent dans l’esprit de beaucoup de Sénégalais qui ne savent plus si le jour qu’ils ont retenu pour célébrer leur mariage sera maintenu, à cause des grèves des travailleurs des Collectivités territoriales.

Un autre problème qui affecte principalement la communauté catholique réside dans les déclarations de décès. Sans ce papier délivré par la mairie (le certificat de décès) impossible d’avoir l’autorisation d’enterrer qui donne le droit d’accès au cimetière. Une péripétie qui alonge le séjour de deuil et augmente les frais de prise en charge de la dépouille dans les morgues.  «Il nous a fallu trois jours, avant de faire la déclaration du décès à la mairie. Nous étions obligés de prolonger le deuil, jusqu’à la semaine suivante», a témoigné, à Ziguinchor, Ange Marie Ndecky.

Face à toutes ces contraintes, des Sénégalais demandent au gouvernement d’engager le dialogue avec les acteurs, afin de trouver des solutions définitives à tous ces problèmes.

Denise ZAROUR MEDANG

 

Leave a reply