Colombie : les quatre enfants perdus dans la jungle depuis 40 jours ont été retrouvés vivants

0
359

( Le Figaro)- Âgés de 13 ans, 9 ans, 4 ans et un an, ils avaient déjà survécu au crash de leur avion, le 1er mai. Ils ont été hélitreuillés dans la nuit et viennent tout juste d’arriver à Bogota.

Les quatre enfants âgés de 13 ans à un an, rescapés du crash d’un petit avion et retrouvés miraculeusement vivants après quarante jours dans la jungle du sud-est de la Colombie, viennent tout juste d’arriver à Bogota ce samedi 10 juin. Ils ont été transportés dans la nuit par un groupe de commandos de la force aérienne jusqu’à la capitale. «L’hélicoptère est à 60 mètres d’altitude, les arbres sont très hauts et la visibilité est quasi-nulle», avait expliqué le ministère sur Twitter.

Sur les images, les enfants sont hélitreuillés l’un après l’autre dans les bras d’un soldat, et embarqués dans la cabine de l’aéronef en vol stationnaire, le tout dans l’obscurité quasi-complète. «L’hélicoptère se rend d’abord à Calamar pour se ravitailler en carburant, puis continue vers San Jose del Guaviare pour emmener les enfants à l’hôpital de la municipalité», selon le ministère de la Défense.

Retrouvés après 40 jours seuls dans la jungle

Originaires du groupe indigène Uitoto, les quatre enfants erraient seuls dans la jungle depuis le crash le 1er mai du Cessna 206 à bord duquel ils voyageaient avec leur mère, le pilote et un proche. Les trois adultes sont décédés et leurs corps avaient été retrouvés par l’armée peu après l’accident.

«Une joie pour tout le pays ! Les quatre enfants perdus il y a 40 jours dans la jungle colombienne ont été retrouvés vivants», a-t-il écrit dans une publication sur Twitter accompagnée d’une photo de militaires et indigènes participant à l’opération visant à retrouver la fratrie. «Ils ont été retrouvés par un indigène d’Araracuara qui les cherchait depuis le début, Henry Guerrero», a précisé le grand-père.

Faibles, mais bien vivants

Selon l’armée, les sauveteurs ont retrouvé les enfants à environ 5 km à l’ouest du site de l’accident. «Ils sont faibles. Laissons les médecins faire leur pronostic», a commenté à la presse Gustavo Petro. Des photos diffusées par l’armée montrent les enfants, au milieu de l’épaisse végétation, assis sur des bâches, entourés de militaires et indigènes leur donnant à boire et à manger.

Ils sont en jean et tee-shirt crasseux à manches longues pour les deux plus grands, les pieds emmitouflés dans des bandelettes. Deux autres sont emmaillotés dans des couvertures de survie. La plus petite, Cristin, est dans les bras de l’un de ses sauveurs. Elle a eu un an alors qu’elle errait dans la jungle avec ses frères et soeurs, selon la presse colombienne. Les quatre visages sont graves, apparaissent très émaciés.

Vaste opération de recherche

Plus de 100 soldats accompagnés de chiens renifleurs et des dizaines d’indigènes cherchaient les enfants entre les départements de Guaviare et de Caqueta depuis la découverte de l’avion, à la verticale, le nez planté au sol, au milieu d’une épaisse végétation. La nouvelle de la disparition des enfants avait fait le tour du monde, avec des vidéos et des photos des opérations de recherche menées par l’armée, qui suivait leur piste avec la découverte d’un biberon, de ciseaux, de chaussures, de couches, de fruits mâchés, d’empreintes de pas ou encore d’abris de fortune.

Ils étaient seuls, ils ont réussi par eux-mêmes. C’est un exemple de survie totale qui restera dans l’histoire. »

«Aujourd’hui a été un jour magique qui, sans aucun doute, nous remplit de joie», a insisté le président colombien à son retour de Cuba où le gouvernement colombien et l’Armée nationale de libération (ELN), dernière guérilla encore active dans le pays, sont parvenus à un accord de cessez-le-feu de six mois. «Je reviens et la première nouvelle est que les communautés indigènes qui ont participé aux recherches et les forces militaires ont retrouvé les enfants 40 jours plus tard», a-t-il ajouté. «Ils étaient seuls, ils ont réussi par eux-mêmes. C’est un exemple de survie totale qui restera dans l’histoire», s’est-il félicité. Ces enfants, dont l’aînée et la plus petite sont des filles, sont habitués à la vie dans la jungle et savent comment y survivre, avaient assuré leurs proches.

L’armée de l’Air s’était jointe à l’opération de secours baptisée «Espoir», avec trois hélicoptères. À l’aide d’un haut-parleur à bord d’un appareil, un message enregistré par la grand-mère des enfants avait été diffusé. Des technologies satellitaires avaient également été déployées pour tenter de déterminer le chemin que les enfants auraient pu emprunter dans la jungle.

Leave a reply