Combats au Soudan: la France évacue une centaine de personnes vers Djibouti

0
502

Alors que les affrontements entre l’armée du général al-Burhan et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Hemeti se poursuivent, plusieurs pays évacuent, depuis samedi, leurs ressortissants. La France est parvenue, ce dimanche 23 avril, à faire sortir du Soudan une centaine de personnes. Les opérations pourraient durer jusqu’à mardi.

Un premier avion a pu quitter Khartoum et a atterri à Djibouti en fin de journée de ce dimanche, a appris RFI. Les ministères des Affaires étrangères et de l’Armée précisent qu’une centaine de personnes – des ressortissants Français et d’autres nationalités – se trouvaient à bord. Un second avion, ajoute ces mêmes sources, avec une centaine d’autres personnes, est attendu ce soir Djibouti.

L’opération d’évacuation qui pourrait durer jusqu’à mardi est d’une « extrême complexité », détaille le Quai d’Orsay qui précise avoir dû géolocaliser les personnes concernées dans un pays où « tous les réseaux ne sont pas fonctionnels ».

Image

La France indique avoir reçu des demandes d’aide afin d’évacuer des ressortissants de pays « alliés et partenaires » comme l’Allemagne, la Suisse, le Royaume-Uni, la Belgique, le Niger, le Maroc, l’Égypte, ou encore l’Éthiopie, sans préciser si elles se trouvaient ou non à bord des avions.

Les affrontements entre l’armée du général Abdel Fattah al-Burhan et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Hemeti se sont poursuivis, ce dimanche, au Soudan. Des témoins rapportent des échanges de tirs et des explosions à Khartoum et sa banlieue, tandis que des avions de combat continuent de survoler la capitale. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le bilan est de 420 morts et 3 700 blessés depuis le début des combats.

« Les garanties de sécurité nous ont été présentées et réitérées par les belligérants » dans le cadre de ces opérations, poursuit le Quai d’Orsay, qui précise s’être assuré de la mise en place d’un « cessez-le-feu dans les périmètres concernés ».

Interrogées sur des tirs sur un convoi qui auraient, selon certains médias, blessé un Français, les sources diplomatique et militaire ont déclaré ne pas « souhaiter commenter » alors que « l’opération n’est pas terminée ».

Après l’Arabie Saoudite, samedi, les autres pays se mobilisent

Dimanche après-midi, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a annoncé que des militaires britanniques avaient permis l’évacuation de ressortissants et de diplomates du Royaume-Uni. « Nous continuons à explorer toutes les voies pour mettre fin au bain de sang au Soudan et assurer la sécurité des ressortissants britanniques qui restent dans le pays », a-t-il écrit sur Twitter.

Plus tôt, le président américain Joe Biden rapportait que l’armée avait mené une opération pour extraire le personnel du gouvernement américain de Khartoum. Un « peu moins d’une centaine » de personnes ont été évacuées lors d’une opération héliportée, a détaillé un haut responsable américain. . Plusieurs centaines d’Américains sont encore sur place, mais leur départ n’est pas prévu « pour le moment ».

En Allemagne, le ministère de la Défense a indiqué qu’un avion militaire a atterri dimanche à Khartoum, mais que l’opération pour sortir du Soudan ses ressortissants allemands et d’autres nationaux prendrait du temps.

La Suède a de son côté envoyé environ 150 soldats pour évacuer ses diplomates, tandis que la Norvège annonce avoir réussi à placer « en sécurité », hors du pays son ambassadeur et deux autres diplomates. L’Italie, la Turquie et la Suisse parlent également d’évacuations en cours ou à venir.

Samedi, les premières opérations avaient été menées par l’Arabie saoudite. 91 ressortissants et 66 personnes, dont des citoyens du Koweït, du Qatar ou encore du Burkina Faso avaient pu rejoindre à bord de bateaux la ville portuaire de Jeddah.

Djibouti tente de faire face à l’afflux

De nombreux pays ont choisi Djibouti pour faire décoller et atterrir les avions destinés à rapatrier leurs ressortissants coincés au Soudan. Le pays, qui accueille de nombreuses bases militaires étrangères, tente de faire face à l’afflux, c’est ce qu’a expliqué à RFI dans l’après-midi de ce dimanche Daoud Houmed, porte-parole de la majorité présidentielle djiboutienne.

« Les autorités djiboutiennes ne ménagent aucun effort. Elles ont mobilisé d’importants moyens. Ce [dimanche] matin, un Airbus A 330 avec à son bord 95 passagers dont 75 Américains, une dizaine de Canadiens et d’autres nationalités a atterri à l’aéroport international de Djibouti. Ce [dimanche] soir à 18h00, un autre appareil, avec à son bord des ressortissants français, est attendu à Djibouti, suivi par un appareil espagnol et, à 23h00, il y aura un autre appareil français. Djibouti a mobilisé d’importants moyens. La police de l’air et des frontières sont à pied d’œuvre. Tout le personnel de l’aéroport qui serait susceptible d’être utile est appelé à renforcer les effectifs et l’armée de l’air a ouvert ses locaux pour héberger les personnes évacuées depuis le Soudan. Eh bien, nous arrivons à gérer. Les avions vont atterrir les uns après les autres par rapport aux possibilités d’hébergement. Déjà, les Canadiens sont hébergés chez les Américains. L’armée française a également sa base à Djibouti. Et puis, les autorités djiboutiennes ont mis à disposition toutes les infrastructures utiles », a déclaré Daoud Houmed, porte-parole de la majorité présidentielle djiboutienne.

Leave a reply