Commune de Joal-Fadiouth : quand Sophie Gladima piétine l’arrêté d’Antoine Félix Diome !

0
1628

La commune de Joal-Fadiouth a vécu hier, dimanche 31 juillet un début de journée du vote mouvement. Alerté de l’arrivée d’un bus transportant environ 80 personnes, les responsables de l’inter-coalition Yewwi-Wallu (opposition) accusant le maire Sophie Gladima de faire du transfert d’électeurs, ont bloqué le passage du bus pendant plusieurs heures.

Le démarrage des opérations de vote pour les élections législatives d’hier, dimanche 31 juillet ne s’est pas fait sans incidences dans la commune de Joal-Fadiouth. En effet, en plus des pluies qui ont occasionné beaucoup de désagréments aux électeurs de cette commune terre natale du Premier président de la République du Sénégal, Leopold Sédar Senghor, un incident impliquant un bus transportant environ 80 personnes a opposé les responsables de l’inter-coalition Yewwi-Wallu (opposition) à leurs camardes de Benno Bokk Yaakaar (pouvoir). Alerté de la venue de ce bus de transport appartenant à l’école privée Stella Maris basée dans la commune de Ouakam, région de Dakar, les responsables de l’inter-coalition Yewwi-Wallu ont bloqué l’entrée du bus dans la commune en accusant leur maire de faire du transfert d’électeur.

Interpellée par nos confrères de la radio Sudfm (privée), le maire de commune de Joal-Fadiouth, Sophie Gladima par ailleurs, ministre des Mines et de la Géologie a réfuté ces accusations en précisant que le bus transportait que des habitants de de Joal-Fadiouth. «Ce sont des citoyens qui viennent s’acquitter de leur devoir. La spécificité de Fadiouth, c’est que c’est une île. Si aujourd’hui, tous les habitants ou bien les fils de Fadiouth avaient décidé de venir voter ici, on serait même plus nombreux, pas moins de 10 000», a-t-elle expliqué avant de préciser, «on a fait qu’organiser les conditions de leur déplacement pour leur permettre de venir accomplir leur devoir de citoyens. Ils sont tous de Fadiouth mais habitent ailleurs. Moi, je ne vois vraiment pas où est le problème».

Ce dernier est pourtant d’ordre légal. En effet, dans le cadre de ces élections législatives, le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique a signé le 29 juillet dernier, un arrêté portant interdiction temporaire de circuler de région à région. Cette mesure dont la motivation principale soulignée par le ministre Antoine Félix Abdoulaye Diome est basée sur des «raisons de sécurité» était entrée en vigueur depuis samedi 30 juillet 2022 à minuit et s’entend au dimanche 31 juillet 2022 à minuit, interdite tout déplacement de personne entre les régions en dehors des présidents d’Institution de la République ; les ministres et secrétaires d’Etat ; les députés; les ambassadeurs; les magistrats et greffiers; les personnels des forces de défense et de sécurité; les personnels de santé qui ne sont pas concernés par cette interdiction.

Nando Cabral GOMIS

Leave a reply