Compétitivité économique : le CAPES porté sous les fonts baptismaux

0
248

Une frange des acteurs économiques Sénégalais a porté sur les fonts baptismaux le Collectif des acteurs pour le patriotisme économique au Sénégal (Capes). Face à la presse hier, mercredi 28 septembre, à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), ledit collectif a déploré l’absence réelle de patriotisme économique, matérialisé à travers la commande publique dans un contexte de  conjoncture internationale obligeant tous les états à compter sur leurs forces pour sortir du bourbier. 

Les entreprises sénégalaises souffrent terriblement de la   conjoncture internationale mais aussi de leur non accès à la commande publique. Toutes ces difficultés n’ayant pas été prises en compte par le patronat sénégalais (Cnp, Cnes) ou pas suffisamment, une frange des acteurs économiques, regroupant chefs d’entreprises hommes et femmes partageant l’objectif stratégique de constituer le partage de notre économie (TAWU SUNU KOM6KOM), réunie autour du Collectif des acteurs pour le patriotisme économique au Sénégal (Capes) a officialisé son cadre d’analyse technique, de concertation entre les professionnels de l’entreprise et de propositions pour «tirer durablement notre économie des blocages qui inhibent son essor», ont fait savoir les acteurs dudit Collectif dans une déclaration.

Hier, mercredi 28 septembre, à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), le Capes s’est prononcé sur la situation économique du pays et sur les nombreuses difficultés auxquelles sont confrontées les acteurs économiques notamment dans les secteurs du commerce, de l’industrie, de l’agriculture, du bâtiment et des travaux publics, transport etc.

«Nos entreprises sont en situation de vulnérabilité aiguë du fait des déficits cumulés du cadre institutionnel dans une mondialisation cachant un protectionnisme subreptice à travers les modes de mises en place des systèmes normatifs par les Etats qui, offrent un accompagnement promotionnel et même de la subvention tout en prônant paradoxalement le libéralisme économique par la libre circulation des biens et services», a reconnu le coordinateur du Capes, Babacar Ndiaye, chef d’entreprise et non moins président du Conseil d’administration Générale des eaux et de l’assainissement urbain et rural (Geaur). S’exprimant sur l’opportunité de la création Capes, M. Ndiaye fait savoir qu’il en résulte «de notre situation d’orphelinat l’urgence de créer, organiser et développer un patriotisme économique en vue de relever le défi du partage de notre économie pour un développement endogène par nos entreprises, seules garantes des investissements inclusifs et durables».

Au chapitre des difficultés des entreprises sénégalaises d’accéder à la commande publique, le nouveau collectif de chefs d’entreprises disent être laissés en rade, à cause des conditions et conditionnalités exigibles reposant principalement sur l’expérience, l’expertise, les fonds propres de l’entreprise, les moyens de création de l’entreprise entre autres alors que la totalité d’entre elles viennent d’être créées. Tout ceci, fait qu’elles ne peuvent gagner aucun marché.

JEAN PIERRE MALOU            

Leave a reply