Concert de casseroles : les malades étalent leur courroux

0
157

20 h ! Dans presque tous les quartiers de Dakar, des gens ont déclenché le concert casseroles hier, mercredi 22 juin accompagné des vuvuzelas et sons de klaxons à Dakar et dans les régions. Un véritable tapage nocturne qui a causé beaucoup de dommages dans la gestion de la santé des malades.

Quelques minutes infernales, un véritable cauchemar, c’est le mal qu’a vécu des patients souffrant de pathologies comme l’épilepsie, de goitre ou encore de tension artérielle ou encore de cardiopathie.  Au niveau des maisons tout comme dans les structures de santé, impossible d’observer le repos pour la stabilité de certaines maladies. Des gens voulant suivre la foulée, ont mis en péril la santé de leur proche. Pendant, une dizaine de minutes, les quartiers des Hlm ont vibré sans interruption au son des battements de casseroles et autres métaux. Un mot d’ordre donné par les leaders de Yewu Askanwi pour marquer leur mécontentement après la décision de justice de rejeter leur liste proportionnelle.

Dans certaines localités, des parents des malades ont intervenu pour supplier des jeunes d’aller faire leur concert dans des endroits isolés. «J’ai ma mère qui vient de subir une intervention chirurgicale, elle est en convalescence à la maison. Avec ce bruit impossible de se reposer», a laissé entendre une riveraine du quartier Sodida. Au niveau de la Corniche des HLM, le concert de casseroles a perturbé les soins. Le bruit a ralenti les consultations externes, rendant impossible de s’occuper des malades qui étaient très agités à cause du bruit.  Des dommages qui peuvent être fatales pour certains. «Il y a un degré d’immaturité de la part de certaines populations. Il y en parmi elles, qui sont porteuses de certaines pathologies qui au contact avec ces bruits de métaux vont faire des crises, mais consciemment ou inconsciemment vont y participer» a déclaré Amath Sow, la soixantaine assis devant la porte de sa maison au quartier Hlm 2.  D’un autre côté, les personnes les plus nanties souffrant de pathologies ont tout simplement déserté les lieux pour trouver refuge dans les hôtels ou encore hors du pays. Un véritable tapage nocturne  qui a hanté le sommeil de plus d’un.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply