Concilier développement économique et lutte contre le changement climatique : Le Groupe Afrique à l’épreuve, à la COP26 de Glasgow

0
356

Après les plénières de lundi 1er et mardi 2 novembre 2021 qui ont vu la vingtaine de chefs d’État africains qui s’est déplacée à Glasgow pour la 26e Conférence des parties sur le climat (COP26) prononcer des discours, à l’image de leurs homologues européens, américains et asiatiques présents à ce sommet, place aux négociations. En attendant d’y voir plus clair dans environ deux semaines, la délégation de l’Afrique, continent responsable de seulement 4% des émissions globales de gaz à effet de serre (GES), mais le plus vulnérable, a une occasion de faire entendre ces principales revendications notamment la concrétisation de l’aide promise depuis dix (10) ans (à l’Afrique) pour son adaptation au changement climatique.

«L’Afrique ne va pas accepter de limiter son développement économique pour accompagner la lutte contre le changement climatique.» Cette déclaration de Tanguy Gahouma-Bekale, Négociateur gabonais à la Cop26, à l’AFP lundi dernier, en dit long sur les ambitions du groupe Afrique au sommet mondial de Glasgow. Pour le négociateur gabonais à la COP26, Tanguy Gahouma-Bekale, «l’Afrique n’est pas confrontée aux mêmes problèmes» que le reste du monde. «Nous devons aussi assurer la lutte contre la pauvreté, des emplois pour les jeunes et de l’énergie pour tous», dans un continent où «la moitié de la population n’a pas accès à d’électricité.»

Mieux, le continent africain attend de la COP26, que les engagements financiers pris par les pays développés, grands pollueurs, il y a 10 ans soient traduits en acte et mêmes dépassés.
«Ça fait plus de dix (10) ans que nous attendons les 100 milliards de dollars promis» par an pour aider les pays en développement à faire face à l’urgence écologique, a rappelé à l’AFP Tanguy Gahouma-Bekale. «Cette aide est très importante pour que nous puissions concevoir un développement économique compatible avec les changements climatiques», affirme Tanguy Gahouma Bekalé.

En effet, àla conférence climat de Copenhague en 2009, les pays riches s’étaient engagés à porter d’ici à 2020 le montant de leur aide annuelle aux pays en développement pour faire face à l’urgence écologique. L’Afrique n’a reçu que 70% à 80% de ces 100 milliards de dollars par an promis pour 2020 par les pays riches pour lui permettre de s’adapter aux événements météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents qu’elle subit, à cause d’un réchauffement climatique qu’elle n’a pas créé. Ce montant, par ailleurs largement composé de prêts et non de dons, pourrait n’être atteint qu’en 2023, et il est jugé largement insuffisant. L’objectif est rempli à près de 80% et est jugé atteignable en 2023, a concédé la semaine dernière le président de la  COP26, l’anglais Alok Sharma.


«Le groupe Afrique veut qu’on revienne sur les rails et qu’on trouve une solution pour combler cet écart cette année, pas dans deux ans», déclare son négociateur, relevant que le continent «fait déjà face au changement climatique, mais sans en être responsable».

UNE VINGTAINE DE CHEFS D’ÉTAT ET UNE TRENTAINE DE MINISTRES POUR PORTER LA VOIX DE L’AFRIQUE ET EXPRIMER SON IMPATIENCE

Les présidents Félix Tshisekedi (République démocratique du Congo), Mohamed Bazoum (Niger), Denis Sassou-Nguesso (Congo-Brazzaville), Ali Bongo (Gabon), Andry Rajoelina (Madagascar), Muhammadu Buhari (Nigeria), Abdel Fattah al-Sissi (Égypte), Nana Akufo-Addo (Ghana), George Weah (Liberia), Uhuru Kenyatta (Kenya)… En tout, une vingtaine de chefs d’État et une trentaine de ministres ont fait le déplacement de Glasgow pour cette COP26 cruciale. Leur mission chacun : porter la voix de l’Afrique et exprimer d’abord son impatience.

C’est parce que les États africains refusent, d’ailleurs, de renoncer au développement économique que leur discours mettra donc en avant leur besoin de compensation pour service environnemental rendu, si on leur demande de ne plus exploiter leurs forêts ou leurs gisements d’hydrocarbures, afin d’atténuer le réchauffement climatique mondiale. Surtout que l’Afrique ne joue qu’un rôle mineur dans le changement climatique de la planète. C’est pourquoi la question des mesures d’adaptation pour en limiter l’impact est centrale pour le continent.

Pour le scientifique gabonais à la tête des négociateurs africains, l’enjeu consiste surtout à pousser les pays développés à aller plus loin. L’Afrique réclame une taxe sur chaque transaction d’échanges de crédits entre un pays ou une entreprise qui a besoin de compenser ses émissions et un ou une autre qui a des crédits carbones à revendre. «Cette taxe devra participer au financement de l’adaptation», poursuit-il Tanguy Gahouma, président du Groupe africain de négociateurs sur le changement climatique à la COP26, interrogé par JA. Et elle aurait vocation à être domiciliée dans un fonds d’adaptation dédié.

Enfin, pour se protéger des effets néfastes du dérèglement climatique sur son territoire et investir dans une industrie plus résiliente, l’Afrique a tout à construire. Il lui faut engager une trajectoire vertueuse sans suivre les mêmes erreurs que les pays industrialisés. «La question qui se pose au continent, c’est comment opérer des choix de développement sobre ou nul en carbone et résilient sur le plan climatique», a reconnu auprès de JA Youba Sokona, le vice-président du GIEC.

Or, de manière inique, en l’absence d’un changement commun de trajectoire, l’Afrique devrait être la plus touchée par ces bouleversements d’ici les deux dernières décennies de ce siècle, avec notamment l’accentuation des phénomènes de sécheresse, selon le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec).

LES OBJECTIFS DE L’ACCORD DE PARIS, EN TERMES DE REDUCTION MONDIALE DES EMISSIONS CARBONE

Pour rappel, l’Accord de Paris a fixé une trajectoire claire en termes de réduction mondiale des émissions carbone liées à l’activité humaine (plus de 50 milliards de tonnes environ par an) : d’ici à 2030, une réduction de 50% des émissions ; d’ici à 2050, la neutralité carbone, autrement dit, ce qui n’a pas pu être éliminé doit être compensé. C’est cette feuille de route qui devrait permettre, selon les termes de l’accord, de limiter la montée des températures à 2 degrés ou 1,5 degré. Et, c’est cette trajectoire à laquelle le continent africain souhaite que les parties prenantes se tiennent, tout en approfondissant leurs engagements.

Donc, il est attendu de la COP26, un bilan des engagements des pays développés à mobiliser les 100 milliards de dollars par an dès 2020, à destination des pays en développement et émergents. Car, alors que la contient fait face à une demande d’énergie en forte hausse, Mathieu Mérino, enseignant chercheur à l’IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques) et spécialiste des questions environnementales, prévient :  « Si l’Afrique se met à vraiment polluer, on sera victimes aussi de leurs émissions de gaz à effet de serre».

Les attentes de l’Afrique ce sont aussi, entre autres : Financer l’adaptation, Forcer la solidarité des pays riches et aller vers une Transparence sur les efforts climatiques. «Les pays développés doivent fournir un effort de transparence quant à leurs émissions de co2.»

Faudrait-il que L’Afrique, un continent pluriel avec 54 pays, de multiples cultures et réalités environnementales, parvienne à parler d’une voix et que se développe partout un «panafricanisme à proprement parler pour les questions environnementales». Histoire de de sceller vraiment une «unité avec une feuille de route pour les enjeux climatiques pour le continent.»

I.DIALLO

Comments are closed.