Conclave du Sames dans le Sud du Sénégal : La santé au petit soin des praticiens

0
286

En conclave pendant 72h dans la région de Ziguinchor particulièrement au Cap Skirring, le Comité exécutif national (CEN) du Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal s’est penché sur plusieurs sujets intéressant le secteur de la santé dont le déficit de personnel mais surtout de santé dans les régions, le devenir des familles des médecins morts de Covid dans l’exercice de leurs fonctions, la situation des médecins en spécialisation entre autres. 

Concernant la Covid-19, le Sames a déclaré dans un communiqué que l’évaluation de sa gestion a permis de constater que des efforts énormes ont été fournis par le système de santé et les agents de santé ont payé un lourd tribut en termes d’infection mais également en termes de décès. « Malgré sa classification en maladie professionnelle au vu du tableau 46, aucun agent de santé malade de Covid-19 n’a été indemnisé et les familles des défunts n’ont bénéficié d’aucune prise en charge ».

Face à cette situation, le Sames a demandé la revalorisation de l’indemnité de risque des agents de santé, l’indemnisation des agents de santé victimes de Covid-19, l’intégration des enfants des agents de santé décédés parmi les pupilles de la Nation et la décoration posthume des défunts.   Le Sames recommande en cette période de baisse des cas de Covid-19 que les efforts soient mis à profit pour assurer une bonne couverture vaccinale par une campagne de vaccination hardie avec une disponibilité de doses suffisantes de vaccins.

Plan de carrière des médecins

Selon le Sames, l’étude de la contractualisation a permis de constater que la carrière des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes ne favorise pas une motivation des agents au vu des grandes disparités salariales entre ces agents et les autres cadres du ministère de l’Economie et des finances et ou de la justice malgré la disponibilité des résultats de l’étude sur le système de rémunération. En outre selon les camarades de Dr Yeri Camara,  il faut signaler que la santé est le seul secteur où la responsabilité ne donne droit à aucun traitement particulier, ainsi les infirmiers-chefs de poste, les médecins chefs de district, les médecins-chefs de région et les chefs de division n’ont aucune indemnité liée à leur fonction contrairement aux autres secteurs.

La carte sanitaire de la Casamance 

Sur la carte de santé de la région de la Casamance, le Sames a dit avoir également étudié et constaté l’amélioration et la densification de manière notable de cette dernière mais d’importants gaps qui doivent être comblés en infrastructures mais aussi en ressources humaines. « Les médecins spécialistes en anesthésie réanimation, en pédiatrie, en cardiologie, ou en ophtalmologie dont un seul exerce dans toute la Casamance sont des besoins pour cette zone. Les blocs SOU de Ziguinchor, Oussouye et Thionk-Essyl restent toujours fermés et les départements de Bounkiling et de Médina Yoro Foula n’ont toujours pas de centre de Santé » a déclaré le Sames lors de son conclave dans le sud du pays.  Et la source de poursuivre : « tous ces déficits remettent à l’ordre du jour les mesures incitatives pour l’exercice en zone difficile ».  Face à cette situation préoccupante qui ne favorise pas une bonne prise en charge des malades, le Sames préconise que : « la présence de l’UFR santé de l’université Assane Seck de Ziguinchor peut également permettre d’améliorer de manière notable la disponibilité des spécialistes en favorisant la signature de conventions, en appuyant la recherche locale et en participant au fonctionnement d’un EPS 3 ».

Industrie pharmaceutique

Bien que la souveraineté pharmaceutique soit véritablement une nécessité, le Sames a dénoncé la manière de mener une réforme de ce  secteur par le gouvernement  sans impliquer les acteurs et les partenaires sociaux en particulier. Concernant la régulation du secteur de la pharmacie, le Sames a soutenu que la mise en place d’une autorité de régulation est un passage obligé, pour produire des vaccins à Covid-19 de qualité au Sénégal pour être conforme avec les directives communautaires mais également pour assurer l’accompagnement du développement de l’industrie pharmaceutique.

Concernant la Pharmacie nationale d’approvisionnement ( Pna) qui assure la distribution de médicaments en Afrique de l’Ouest, les camarades de Dr Yéri Camara ont souligné que «toute option de réforme devra garantir l’intérêt des travailleurs mais également l’accessibilité et la disponibilité des médicaments pour la population avec des partenaires associés dans toutes les étapes. L’Etablissement Public à Caractère Spécial est la forme juridique qui remplit le mieux ces conditions ».

Suivi des négociations

S’agissant de la plateforme revendicative, le Sames a renseigné : « les réunions mensuelles de suivi qui étaient prévues par le ministère de la Fonction publique n’ont pas été convoquées, la gestion démocratique des ressources humaines connait toujours des entraves, le G50 est en train de désorganiser le système sanitaire en transformant la région de Thiès en pôle d’attraction de tous les ateliers du Sénégal, les résultats de l’Etude sur le système de rémunération ne sont pas appliqués, ce qui perpétue l’injustice dans la fonction publique. Cependant des avancées ont été constatées par rapport à l’âge de la retraite et l’habitat ». Par ailleurs, le Sames a tenu à alerter l’opinion nationale et internationale sur la nécessité de la reconstruction de l’hôpital Aristide Le Dantec. « Cette infrastructure est devenue vétuste et dépassée ».

Situation  des internes

Sur la situation des internes et des médecins en spécialisation,  le Sames est d’avis que ces derniers sont toujours menacés d’exclusion à chaque veille d’examen pour non-paiement des frais d’inscription. Par conséquent, il a estimé : « l’Etat doit résoudre ce problème de formation des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes et se prononcer de manière définitive sur leurs statuts. Le Sénégal ne peut pas se passer d’une concertation entre le ministère de l’enseignement supérieur et celui de la santé pour disposer d’une formation en santé conforme à ses ambitions en matière de développement du système de santé ». Et de rappeler : «seule l’équité dans le traitement salarial des fonctionnaires peut garantir la motivation des agents et le Sénégal doit s’y atteler en octroyant une indemnité de logement, une indemnité liée à la fonction et payer correctement les agents de santé pour ralentir l’exode des spécialistes qui sont des ressources très convoitées comme l’a démontré cette crise sanitaire ».

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.