Concurrence déloyale et contrefaçon : ces obstacles au développement des industries au Sénégal

0
546

L’Association des commerçants et industriels du Sénégal (Acis) organise depuis hier, jeudi 10 mars, un forum sur le commerce et les industries au Sénégal. Présidant la cérémonie d’ouverture de  cette rencontre, le ministre  du Commerce et des Pme Aminata Assome Diatta s’est prononcée sur la concurrence déloyale qui constitue un frein au développement des industries.

« Si nous voulons protéger notre pays, nous devons être autosuffisants. Mais on ne peut être autosuffisant qu’à travers l’industrialisation. Pour que cette industrialisation porte ses fruits, il faudrait que certaines mesures soient prises  notamment la lutte contre la concurrence déloyale  et la contrefaçon ».

C’est la conviction du ministre du Commerce et des Pme Aminata Assome Diatta. Elle présidait hier, jeudi 10 mars le forum national sur le commerce et les industries organisé par l’Association des commerçants et industriels du Sénégal (Acis), dont l’un des sous-thèmes porte sur la concurrence déloyale. La concurrence déloyale constitue  ainsi un frein au développement des industries au Sénégal.

En effet, beaucoup d’industries ont disparu à cause de la contrefaçon. « Il y a tantôt la contrefaçon qui n’a pas permis à certaines industries de faire face à la concurrence. Donc si nous voulons aller vers une industrialisation porteuse et créatrice d’emplois, il faudrait qu’on traite la question de la concurrence déloyale pour permettre à nos industries de se pérenniser », a soutenu le ministre.

Elle trouve que l’industrialisation est importante dans le cadre de la Zlecaf  puisqu’elle crée des emplois. « Dans nos échanges  entre pays africains, on se rend compte qu’environ entre 41 et 43% des produits que nous échangeons sont des produits manufacturés donc issus de l’industrie. Alors que dans nos échanges avec le reste du monde,  c’est à peine 18% de nos produits qui sont manufacturés. Donc, les pays africains ont intérêt à échanger ensemble et à s’industrialiser », a-t-elle laissé entendre.

Par ailleurs, la ministre informe que dans le cadre des travaux des experts,  suite aux instructions des  Chefs d’Etats de l’Union africaine, ils sont en train de travailler sur le protocole d’accord sur les investissements. Abdoulaye Sow, président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar invite, pour sa part, les commerçants et industriels du Sénégal à s’imprégner davantage des dispositions prises dans le cadre de la Zlecaf.

« Le libre-échange permet aux entreprises africaines de produire plus, de vendre davantage et de profiter de l’économie d’échelle. L’ouverture de ces frontières au commerce international permet également aux entreprises de trouver de nouveaux clients sur le marché extérieur. Nous avons l’avantage d’être dans un pays stable. Il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire pour nos entreprises d’augmenter le volume de nos échanges entre les pays africains de la Zlecaf pour faire émerger le Sénégal », lance-t-il.

NDEYE AMINATA CISSE

Comments are closed.