Conférence sur Cheikh Anta Diop : au-delà du savant, l’humain raconté à la jeunesse

0
297

L’œuvre de Cheikh Anta Diop et la personnalité de l’humain derrière le savant et universitaire ont été revisitées le temps d’une conférence publique. Une rencontre animée par Docteur Awa Bocar Ly Tall, sociologue, chercheure, conférencière   internationale, chercheuse associée à l’institut d’étude des femmes à Ottawa au Canada, en compagnie de Aziz Salmon Fall. La conférence publique a été organisée par la fondation Sococim.

Au cours de cette conférence, la sociologue disciple du pharaon noir est revenue sur les qualités de l’homme au plan social prompt à sacrifier ses intérêts pour ceux de ses congénères,  comme lorsqu’il a pris le parti de « défendre ses cadets universitaires qui avaient connu un retard de salaire. Un combat qu’il a mené alors qu’au même moment, il est resté plusieurs années sans salaire ».

Ses œuvres scientifiques sont connues mais l’humain était resté encore un mystère pour beaucoup de personnes. C’est ce qui a motivé l’ouvrage intitulé « Cheikh Anta, l’humain derrière le savant ». A travers ce livre, Awa Bocar Tall Ly a ressorti en Cheikh Anta Diop l’humaniste doublé d’un scientifique rigoureux, avec une foi inébranlable sur le devenir de l’Afrique.

Une foi qui lui a permis de défendre ses thèses sur l’Egypte comme lors de la conférence du Caire, en 1974 où devant un aréopage de spécialistes de l’Egyptologie et comme disait Do- Nacimento, « face à la fine fleur de l’égyptologie alors qu’il était seul, assisté uniquement de  son disciple et compagnon de combat, Théophile Obenga, il a pris le dessus, d’après le rapport de l’Unesco. Et c’est à partir de cette période que l’histoire de l’Afrique a été réécrite, sur des bases scientifiques, des bases véridiques, parce qu’il disait souvent qu’il y avait une falsification de l’histoire, un crime contre l’humanité. Donc, il a remis les choses par les pieds et la tête en haut et en même temps, les Africains ont pu élever leur tête, surtout les Afro-américains ».

Un modèle de courage et de détermination qui doit inspirer les générations actuelles contre les dérives de la pensée globalisante, de l’avis du sociologue. Au-delà de ce courage, Cheikh Anta est présenté comme un modèle d’endurance devant l’épreuve.

En effet, selon la conférencière, le chantre du laboratoire de Carbone 14 est aussi un exemple sur ce plan pour avoir vécu toutes sortes de brimades sous le régime de Senghor, sans oublier les déchirures politiques. Mais malgré tout jusqu’à son dernier souffle, il s’est mis au service de l’Afrique et de sa jeunesse.

« Cheikh Anta est un ensemble, son œuvre humaine est aussi importante que son œuvre scientifique et intellectuelle. Cheikh Anta, c’est la grandeur dans l’humilité, c’est l’homme endurant « le mougnekat » qui a vécu toutes les répressions senghoriennes qui est le gardien du temple colonial. Il a vécu les trahisons des compagnons de luttes politiques en qui il avait eu confiance. Cheikh Anta est celui qui avait un salaire d’assistant alors qu’il est venu avec un doctorat d’Etat. Il est celui à qui on a empêché d’enseigner pendant 22 ans à l’université de Dakar alors que son seul but était de venir former la jeunesse africaine qui était celle de l’université de Dakar, en ce moment-là, alors qu’il aurait dû se contenter d’un poste chez les Russes, les Américains, les Anglais. Mais il a toujours dit « je retourne dans mon pays former la jeunesse africaine ». A l’époque, Dakar formait la jeunesse africaine » a-t-elle relevé.

Sur le plan politique Cheikh Anta insistait sur la vertu et le respect de l’adversaire. « Il nous disait que dans la politique, il doit avoir de l’éthique politique, le respect de l’autre, de nos adversaires». C’est ce modèle que l’universitaire présente aujourd’hui à la jeunesse africaine et dont elle se désole d’entendre dire qu’elle n’a pas de repères. Ainsi, Hawa Bocar Ly Tall invite la jeunesse sénégalaise à puiser dans les valeurs de l’homme que fut Cheikh Anta Diop, dans sa détermination.

WORE NDOYE

Leave a reply