Conflits fonciers á Diass: La relance de la réforme foncière exigée

0
377
Cicodev regrette les incidents qui ont eu lieu dernièrement à Diass. Tout en dénonçant une gestion foncière mettant à l’écart la population, il demande à l’Etat, dans un communiqué parvenu à la Rédaction hier, lundi 20 septembre, de relancer le processus de réforme foncière dans sa globalité pour des solutions concertées et consensuelles entre les familles d’acteurs sur la gestion foncière

Cicodev en appelle aussi à une opérationnalisation de la volonté proclamée du Chef de l’Etat d’interdire l’octroi de titres fonciers sur les terres arables des communautés en milieu rural. L’Etat devra également veiller à l’adoption de mécanismes juridiques spécifiques protégeant les défenseurs des droits, des activistes des droits fonciers, pour leur permettre de contribuer à la gouvernance transparente et responsable du foncier en toute quiétude. Il urge aussi d’aller vers l’institutionnalisation d’un contrôle citoyen à tous les niveaux de la gouvernance foncière au Sénégal, pour garantir la participation effective des populations.

En attendant, selon toujours l’institut, «au regard de ce que représente le foncier pour l’être humain, il n’est pas acceptable que des personnes soient réprimées parce qu’elles défendent leur droit de jouissance d’un bien public». Ce serait, dit Cicodev, «remettre en cause les principes de l’Etat de droit et de l’Equité qui soumettent les citoyens comme l’Etat au respect strict des lois et règlements en vigueur, en l’espèce dans le secteur foncier. En effet, aucune de ces lois ne donne mandat à l’Etat de brutaliser les populations, au motif qu’elles réclament la propriété d’une assiette foncière».

Face à une telle situation, seul le dialogue peut mener à une issue heureuse des conflits, recommande Cicodev. Il rappelle, par ailleurs, que dans sa totalité, la commune de Diass connait une agression foncière exponentielle, menée souvent par des projets et programmes étatiques. Il en est ainsi, par exemple, de l’Aéroport International Blaise Diagne (Aidb) de Diass, assis sur une assiette foncière de 4500 hectares ; de la Zone Economique Spéciale Industrielle (N°2) d’une superficie de 10.000 hectares, du Port de Ndayane occupant 400 hectares appartenant à la Commune de Diass, de l’Usine des Gros porteurs 100 hectares, du Pole-urbain de Dagakholpa crédité de 3000 hectares avec une zone d’aménagement concertée de 300 hectares et de la base de vie de «Saudi Ben Laden Group» bénéficiaire de 100 hectares pour des besoins d’investissement.

Fatou NDIAYE

Leave a reply