(Suit & fin) Conjurer la violence politique et sociale au Sénégal (PAR YOUSSOUPHA MBARGANE GUISSÉ)

0
1904

 La démocratie politique se révèle encore formelle et le système électoral, un mécanisme maquillé, assurant la légalité du maintien de la domination politique du groupe dirigeant et cela, depuis Senghor (2/2)

L’escalade de la violence a atteint un niveau critique avec l’apparition dangereuse et regrettable de nervis aux côtés des forces de l’ordre et dans les convois du président de la République lors de sa dernière tournée économique, précédant les élections locales. En signe de riposte, se développe un esprit de défense civile contre-offensive, Kuma xoos, ma xuri là, signifiant œil pour œil, dent pour dent. Cette tendance nouvelle semble fonder sa légitimité sur le droit de résistance et le devoir de protéger au prix de sa vie, les valeurs civiques de gouvernance démocratique et de transparence, bafouées par le pouvoir étatique et ses institutions. Ce stade d’héroïsme et de sacrifice suprême atteint par la jeunesse n’est pas nouveau. Dans les années 2010-2012, le mouvement Y’a en Marre et d’autres groupes étaient arrivés à ce point de radicalisation. Un langage nouveau de valorisation du sacrifice suprême projetait le modèle du martyr-héros. « Vivre coûte beaucoup, mourir également. Faire front exige dignité », « Das fananal » (bien aiguiser son couteau la veille ! »), « fanane das ndax rendi day bette » (Aiguiser son couteau durant la nuit et être fin prêt au matin contre l’ennemi), « Mon pays, ma patrie ! » « Tey la Ndeer gënë ay » (Prêt pour le sacrifice suprême de Ndeer).[1] Le phénomène a probablement aujourd’hui gagné en intensité, si on analyse attentivement le déroulement séquentiel des évènements, les comportements et les discours des jeunes devenus plus nombreux. Devant la fermeture systématique des frontières de l’Europe   et les actions énergiques de démantèlement des circuits de la migration clandestine, les jeunes obligés de rester surplace, semblent n’avoir d’autre alternative que de faire face frontalement à l’État qu’ils jugent complice des décisions des Autorités de l’Union européenne. Selon eux, l’État, incarnation de la société politique adulte, a failli ainsi à sa mission de les impliquer eux aussi dans le développement du pays et la jouissance des richesses produites.

Contestations et violences électorales

La démocratie politique se révèle encore formelle et le système électoral, un mécanisme maquillé, assurant la légalité du maintien de la domination politique du groupe dirigeant et cela, depuis le Président Senghor. Les percées et les victoires en termes de garantie des libertés sont toujours restées précaires et les acquis démocratiques réversibles, même si la liberté d’expression et de créer un parti politique s’exercent effectivement et ont favorisé l’accouchement difficile des deux alternances de régimes. Cependant la même logique qui habite les dirigeants politiques actuels comme les précédents de garder le pouvoir explique leur résistance à la limitation du mandat présidentiel.  Le tripatouillage de la Constitution, le système de parrainage, l’organisation défectueuse des élections et d’autres procédés administratifs de blocage connus, ont pour seul objectif la conservation du pouvoir. C’est ainsi que la logique de maintien de la domination et d’accaparement des ressources pousse les dirigeants de tous les régimes successifs au Sénégal, à chercher l’élimination des opposants politiques en les accusant de faits graves, les arrêtant, leur collant un procès dont l’issue est l’emprisonnement pour les écarter du champ démocratique de la compétition politique. Ces mêmes manipulations pour éliminer l’adversaire ne sont d’ailleurs pas absentes au sein du groupe dirigeant, entre frères du même parti, au sein des alliés. Mais elles ne réussissent pas toujours du fait de la « ruse de l’histoire » ou du destin tracé, certaines victimes refaisant surface avec un plus fort potentiel politique.

L’arène des combats

Le champ politique est normalement réglementé par la compétition électorale, un jeu certes d’adversité, mais encadré par la civilité et l’élégance républicaine. Cependant, il s’est transformé en une arène de combat sans merci. En cette nouvelle époque de la mondialisation capitaliste néolibérale, la puissance de l’argent s’est décuplée et les enjeux de pouvoir liés aux puissants réseaux d’alliances capitaliste et compradore, sont devenus énormes. La centralité du politique au Sénégal fait de l’État la source principale d’enrichissement des clientèles de toute nature et de tout bord. Le pouvoir politique avec les avantages et privilèges multiples qu’il offre, est désormais au centre de farouches luttes de positionnement et de suprématie d’intérêts d’individus, de groupes et de réseaux multiples, cela d’autant que le Dieu-argent est désormais le maître incontestable du jeu. En cette période électorale, la tension cumulative monte, les rivalités extrêmes gonflent la subjectivité des acteurs, embrouillent toute lucidité dans les approches et méthodes, créent des illusions optiques dans l’identification des cibles adverses et poussent à des formes inédites de radicalisation et de conflictualité. Toute cette confusion de haine sourde et de rivalités ouvertes peut bien entendu faire glisser, sans qu’on n’y prenne garde, à la criminalisation du politique.

Éliminer l’adversaire

Dans ce contexte trouble, il est classique d’utiliser « la méthode par l’émotion » qui est d’inspirer à la population la frayeur d’une catastrophe imminente dont seraient responsables les opposants ou son propre adversaire de parti ou de coalition partisane. On insinue ou « fabrique » son implication, soit dans un scandale de mœurs, soit dans un crime de sang, soit dans un acte de rébellion ou de trahison nationale. Dans le cas le plus classique, l’opposant ou le sérieux rival politique est accusé de complot d’attenter à la sûreté de l’État. Senghor avait agi ainsi pour liquider Mamadou Dia et taxait en son temps ses opposants, pourtant personnalités de haut rang et dignes fils du pays, d’«éléments téléguidés de l’extérieur ». Il n’y a pratiquement pas d’opposant sérieux à son régime qu’il n’ait pas mis en prison pour des accusations pareilles. Nombreux parmi eux ont été arrêtés et torturés dans les lieux de détention. Diouf lui, avait collé à son opposant irréductible Abdoulaye Wade qu’il a aussi mis en prison, le recrutement de soi-disant terroristes libyens pour déstabiliser le pays. Ces derniers seraient « arrêtés », juste à leur descente d’avion à l’aéroport de Dakar. L’assassinat de maître Babacar Sèye, Vice-Président du Conseil constitutionnel le 15 mai 1993, au lendemain de la proclamation des résultats officiels des élections législatives, est un épisode dramatique de cette violence extrême. Les évènements actuels dans un climat politique passionné ont conduit à plusieurs tués dans les manifestations et récemment à une mort d’homme, pourtant en garde à vue en prison.

Un seigneur parmi les seigneurs

L’actuel présidentialisme hérité de Senghor faisant du président de la République un tout puissant Monarque, un seigneur parmi les seigneurs, doit être définitivement aboli dans une prochaine refondation de l’État et des Institutions du pays. Un tel acte salutaire bénéficierait déjà des acquis considérables des Assises nationales et des recommandations de la Commission nationale de réforme des institutions. Comme le dit si bien Boubacar Boris Diop, dans une de ses récentes contributions, «il faut radicalement remettre en question le pouvoir absolu du président de la République, qui est pratiquement à l’origine de toutes les dérives constatées depuis tant de décennies ». Il est à présent clair que la source principale de l’histoire politique convulsive de notre pays, est ce mal qui le ronge, le présidentialisme du seigneur à qui la République garantit la toute-puissance personnelle de contrôle sur l’État et les institutions et fait de lui l’absolu souverain auquel le peuple est soumis. C’est cette plaie qui fait que la République n’est que celle des héritiers, des appartenances et des courtisans. Il y a donc un problème général de cohérence, de modèle et d’identité qui touche à la légitimité de la gouvernance politique du pays. C’est pourquoi notre conviction est que, quel que soit le parti qui gagne ou le président élu, le risque est certain de sombrer dans les mêmes travers clientéliste et répressif, si demeure la même structure politico économique d’essence coloniale autour de laquelle gravite tout le Sénégal.

Le modèle de l’administration en cause

L’hégémonie du système général d’État et de gouvernance institutionnelle qui organise la vie du pays suscite naturellement un malaise social diffus, permanent au sein des populations à l’endroit de l’administration et des services publics, de même les frustrations de la jeunesse et des entrepreneurs nationaux à l’égard de l’État. En plus des obstacles de la langue française officielle qu’elles ne maîtrisent pas, les populations se trouvent fragilisées, ne disposant pas d’éléments de médiation qui leur facilitent l’expression des demandes, les accès et les solutions à leurs problèmes. Cela entraîne à leur niveau un esprit de dépendance subie et de fatalité face à un système modernisateur étranger, tout puissant. Tout ceci plombe de fait la respiration naturelle de la société et creuse le décalage entre l’État, les populations et les citoyens. La question de la refonte de l’administration, de l’éducation dans les langues du peuple, leur opérationnalité dans la vie publique est essentielle. Elle est la substance du renouveau. Mais tout ceci doit être précédé de l’acte d’abolition du présidentialisme de seigneur, de la République du monarque devenue une entrave au progrès général de la société. Cela nous paraît la condition nécessaire pour pacifier enfin l’espace politique et réconcilier l’État et la société. Il nous est donné à tous la responsabilité de régénérer la vie sociale et morale en conjurant la violence domestique, les manipulations honteuses et les crimes odieux qui font le quotidien du pays.

Le chemin de la paix

Au-delà de toutes les péripéties, des violences de langages, des mises en scène, des dramatisations orchestrées et de la théâtralisation caractéristique de l’espace politique actuel, la solution de paix et de réconciliation nationale existe, elle est simple, incontournable. Il s’agit présentement de retrouver la sérénité des esprits, de mettre balle à terre et de jouer franc jeu. Il faut le respect la Constitution par l’organisation des élections inclusives, libres et transparentes et surtout, abandonner l’idée en l’air dangereuse et crisogène d’un troisième mandat, comme l’a si bien dit le Professeur Ibrahima Fall dans une contribution lumineuse récente, à l’instar d’autres voix sages et savantes de notre pays. Il ne serait pas raisonnable en effet de tenter le diable en mettant sur la même balance, d’un côté le Sénégal en tant que pays, État et Nation et de l’autre, les desiderata d’une volonté individuelle de candidature présidentielle, fut-elle… par attachement particulier aux servitudes liées à cette haute fonction.

La refondation de l’État et des institutions

La tâche primordiale qui attend est celle de la refondation de l’État. Les populations sénégalaises et d’ailleurs en Afrique ne se reconnaissent pas en toute vérité dans ces institutions politiques et administratives occidentales étrangères, plaquées et pesantes sur nos sociétés et qui entravent leur vie de tous les jours. L’identité hybride de l’État et des institutions politiques est un signe d’aliénation historique et de perte de souveraineté politique favorable au maintien de la domination continue de nos pays par l’étranger.

S’asseoir sur notre natte et vivre heureux

En effet, il nous paraît l’époque venue d’un esprit libre et intrépide, un esprit d’innovation, propre à une nouvelle culture historique endogène, panafricaine. Ce nouveau leadership  de vision et de stratégie politique trouverait inspiration, parmi tant d’autres, des trois sources profondes de notre patrimoine politique- le Conseil Seb ak Bawor du royaume du Waalo réunissait les représentants de toutes les composantes du Royaume  avec le pouvoir de contrôle et de destitution du Roi,- la Chartre du Mande organisait l’exercice équilibré des organes du pouvoir, la cohésion des relations communautaires et la responsabilité sociale des individus, – le legs politique moderne de  Souleymane Baal  qui a dressé de manière rigoureuse le profil moral et l’éthique de gouvernance du dirigeant et homme d’État, les principes de son élection et les conditions de sa succession. Certains même penseraient à l’Égypte pharaonique pour y ajouter le bicaméralisme proposé par Cheikh Anta Diop, l’Assemblée distincte des femmes. Le patrimoine politique et institutionnel de l’Afrique est un trésor riche d’inspirations et nous autorise à innover. Le temps historique nous commande de nous asseoir enfin sur notre propre natte, celle du pays de la Téranga et de vivre heureux dans une l’Afrique unie et forte.

Youssoupha Mbargane Guissé est Docteur en philosophie et Docteur D’état en sociologie. Outre ses nombreux travaux en philosophie, il s’est intéressé à l’étude du changement social au Sénégal, au contexte de la mondialisation et aux constructions identitaires qui travaillent la société sénégalaise dans ses différentes composantes. Il a fait toute sa carrière à l’IFAN Cheikh Anta Diop avec des fonctions de chef du laboratoire des études sociales et de chef du Département des Sciences humaines et sociales. Youssoupha Mbargane Guissé est actuellement chercheur à l’Institut Panafricain de Stratégies à Dakar.

Leave a reply