Conséquences de l’effondrement d’immeubles : 75 victimes dénombrées entre janvier et août

0
191

L’effondrement d’immeuble est à l’origine de pertes en vies humaines. Il est beaucoup plus fréquent en période hivernale. La brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP)  note une hausse des victimes entre 2021 et 2022 pour la période allant de janvier au 11 août. Elles passent de 48 à 75.

Chaque hivernage rappelle l’acuité de la question ; les immeubles menaçant ruine sont un problème pressant. Selon des chiffres obtenus de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP),  en comparaison avec l’année passée,  2022 laisse apparaitre une hausse passant de 48 victimes à 75 à la date du 11 août.  Les effondrements sont beaucoup plus nombreux dans la région de Dakar.  Elle est suivie de Diourbel et Thiés. Le groupement  de la brigade nationale des sapeurs-pompiers qui intervient dans cette partie du pays, a effectué 4 sorties pour autant de victimes.  Les régions de Tambacounda et Kédougou sont elles aussi à 6 sorties. Des effondrements qui ont fait 6 victimes.  Selon la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, le risque à Dakar est beaucoup plus grand dans les quartiers de la Médina, Parcelles Assainies et Grand-Dakar ; la cause est la vétusté des habitats. Aux Parcelles Assainies,  l’environnement marin n’est pas toujours adapté au système d’habitat, signale la BNSP. Les interventions au niveau des régions de Tambacounda et Kédougou  sont caractérisées par les éboulements et des mouvements de terrain du fait de l’activité minière traditionnelle.

L’urgence de la question avait poussé le président de la République, Macky Sall, en conseil des ministres du 3 février 2021, à demander un recensement des bâtiments menaçant ruine.  Réalisé en avril et présenté en octobre 2021, le rapport avait dénombré 1446 édifices à risque sur l’étendue du territoire national dont la moitié (627) se trouve à Dakar.  La Médina est très touchée. Lors du comité régional préparatoire de la modernisation de Dakar Plateau en avril dernier, son maire Bamba Fall avait alerté sur le danger.  « Il s’agit de 72 bâtiments identifiés et qui pourraient causer le pire à tout moment, mais surtout pendant l’hivernage et la destruction est de la responsabilité de l’Etat,  avait jugé Bamba Fall. Selon toujours ce rapport sur l’effondrement d’immeubles, il y a la nécessité de renforcer le contrôle de la qualité des matériaux et système de construction, réunir les acteurs du secteur pour faire un diagnostic et proposer des solutions.  Sur les causes, le document avait noté des effondrements chez les bâtiments neufs ou prématurément vétustes et ceux en cours de construction. Les causes identifiées sont le défaut d’étanchéité de terrasse et des salles d’eaux qui entraîne la corrosion des armatures et l’éclatement du béton. Il y a également les incendies sur les bâtiments qui fragilisent les structures, les erreurs dans les procédures de construction et le poids excessif de matériaux de construction stockés sur les dalles en cours de travaux.

Fatou NDIAYE

 

 

Leave a reply