Contrôle de l’utilisation des ressources publiques : 81 jeunes auditeurs et auditrices francophones capacités

0
178

Dakar abrite depuis hier, lundi 4 juillet, et ce, jusqu’au 6 juillet, la 2ème édition du Top congrès  de l’Association des institutions supérieures de contrôle francophones (Aisccuf). Cette rencontre a pour objectif de renforcer les capacités  et les compétences de 81 jeunes auditrices et auditeurs de 22 institutions supérieures de contrôle ayant en commun l’usage du Français.

Pour préparer la relève  et avoir des jeunes auditeurs opérationnels et performants, l’Association des institutions supérieures de contrôle  francophones (Aisccuf), organise à Dakar, du 4 au 6 juillet, sa 2ème édition  du Top congrès. Durant ces  3 jours, 81 jeunes auditeurs  et auditrices seront formés et capacités à travers des ateliers de formation. « Le contrôle de l’utilisation des ressources publiques est, à la fois, une exigence démocratique et une nécessité économique et sociale. L’importance de vos missions respectives et, si elles sont bien remplies, leur impact pour nos populations, vous obligent à cultiver l’excellence professionnelle et à vous imposer les standards éthiques les plus élevés en application des textes de vos pays respectifs et des normes de l’INTOSAI.

Autrement dit, vous devez vous employer à apporter une contribution de premier plan pour pousser vos Institutions supérieures de Contrôle (ISC) respectives à s’engager pour plus de professionnalisation, plus d’indépendance mais aussi pour aider nos Etats à mesurer l’atteinte des Objectifs de Développement durable (ODD) », exhorte  Mamadou Faye, premier président de la Cour des comptes du Sénégal aux jeunes auditeurs. Pour réussir ce pari important, soutient-il,  un certain nombre d’exigences s’impose. « Exigence de conformité avec   notre statut qui vous impose des obligations importantes et nous commande « d’observer en tout la réserve, l’honneur et la dignité que nos fonctions imposent » ; Exigence de compétence, gage de la crédibilité de l’Institution; Exigences d’indépendance et d’impartialité que nous confère notre statut et sans lesquelles, il ne saurait y avoir de contrôle externe digne d’un système démocratique; Exigence d’objectivité ; Exigence de célérité dans le traitement des dossiers pour garantir l’actualité de la production de l’Institution notamment celle relative au rapport public et au rapport sur l’Exécution des lois de finances ; Exigence d’information régulière du public prescrite par les différents Codes de transparence qui régissent nos Etats », a-t-il listé.

Pour sa part, Sébastien Lepers, représentant du premier  président de la Cour des comptes française, pense  que pour être transparent, il faut faire preuve d’objectivité, de neutralité et d’impartialité.  « Les jeunes sont l’avenir des institutions supérieures de contrôle de demain. Donc il faut qu’on mette dans leurs Adn ces valeurs d’indépendance, d’intégrité, de professionnalisme et de compétence.», a-t-il relevé.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply