Coopération entre la BID et le Sénégal : le bilan de 3 projets dressé

0
224

Une délégation de 22 membres du Fonds Lives and Livelihoods (LLF), dirigée par le directeur du Centre régional de la Banque islamique de développement (BID), a conjointement tenu avec le gouvernement du Sénégal une rencontre hier, lundi 3 juin 2024, pour faire le bilan d’étape d’un ensemble de projets impliquant le ministère de l’Agriculture, de la Souveraineté Alimentaire et de l’Elevage, celui de l’Economie, de la Planification et de la Coopération, celui des Finances et du Budget et le ministère de la Santé et de l’Action Sociale.

Trois projets réalisés dans le cadre du partenariat entre la Banque islamique de développement (BID) et le gouvernement du Sénégal ont livré leur bilan d’étape hier, lundi 2 juin 2024. Il s’agit  du Projet de chaine de valeur de la filière riz, du Projet régional de soutien au pastoralisme au Sahel (PDEPS) et du Projet d’appui à la prévention et à la pré-élimination du paludisme. Ces projets ont bénéficié d’un financement d’un montant de 2,5 milliards, visant la création d’emplois mais surtout à accompagner les populations vulnérables dans leurs activités.

Pour ce qui concerne le Projet de chaine de valeur de la filière riz, il est à un niveau d’exécution de 60%, avec 14% de taux de décaissement, 71 emplois directs créés et 5980 emplois certifiés, sur une cible de 20.000 emplois. «Nous avons deux projets importants. Le projet de développement de la chaîne de valeur riz et le projet de développement du pastoralisme au niveau du Sahel, qui cible le domaine de l’élevage, avec des filières importantes comme le lait, la viande, notamment les moutons de Tabaski, mais également d’autres aspects qui touchent à l’élevage. C’est des projets importants mais qui sont en lien aussi avec la nouvelle stratégie que le gouvernement vient de se fixer pour aller vers notre autosuffisance alimentaire», a dit le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire, Ousmane Mbaye.
Concernant la filière riz, il indique que des efforts importants sont en train d’être faits dans le cadre de ce projet pour réduire drastiquement la facture d’importation de riz. Pour le secteur de l’élevage, il informe  que le projet a ciblé les femmes pour booster la production laitière.

Pour ce qui touche le domaine sanitaire, le coordinateur du Programme national de Lutte contre le Paludisme, Dr Doudou Sène, a fait savoir que dans le Projet d’appui à la prévention et à la pré-élimination du paludisme, la stratégie principale vise à réduire de 75% le nombre de cas de paludisme, mais également de 75% le taux de décès liés au paludisme.   Le directeur régional de la BID, Dr Nabil Ghalleb, a rassuré les représentants de l’Etat sur la disponibilité de la Banque islamique de développement à poursuivre le partenariat. Il n’a pas manqué de faire savoir : « Notre partenariat financier avec le gouvernement du Sénégal a injecté 95 millions de dollars américains (58 milliards de francs CFA) dans l’économie [sénégalaise] pour garantir des intrants agricoles de haute qualité à 18.000 riziculteurs, des races de bétail améliorées au profit de 110.000 ménages pastoraux et des infrastructures de transformation qui incluent des éléments de résilience climatique […] et une meilleure prestation de services de vulgarisation aux communautés agricoles”. A noter que le fonds Lives and Livelihoods est une initiative de développement lancée en 2016 par la Banque islamique de développement et ses partenaires, à savoir le Fonds d’Abu Dhabi pour le développement et la fondation Bill-et-Melinda-Gates.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply