COP26 A GLASGOW : Pléiade de discours pour donner le ton de l’événement

0
332

Biden, Macron, Modi, le prince Charles, Johnson, Sánchez, Sassou-Nguesso, Ould Ghazouani… Les dirigeants et représentants de dizaines de pays sont à Glasgow pour la COP26. Cette conférence climatique est la plus importante depuis l’Accord de Paris en 2015. Pour l’instant, les objectifs des différents États représentent un «aller simple pour le désastre», selon le secrétaire général des Nations unies. Il n’y a plus le choix, il faut agir. Le point sur les principaux discours de ce lundi 1er novembre.

La plénière s’est ouverte en début d’après-midi d’hier avec des discours très attendus, à commencer par celui du Premier ministre britannique qui a ouvert le ban, au son d’un morceau écossais joué par une musicienne sur scène, comme le rapporte notre envoyé spécial à Glasgow, Anthony Lattier. Malgré le fait que ces négociations s’annoncent difficiles, à la tribune, il y a eu des paroles fortes.

Hôte de cette COP26, Boris Johnson a tenu un discours véritablement alarmiste, une véritable mise en garde : un échec des négociations déclencherait une colère « incontrôlable », a-t-il dit. « L’Humanité a longtemps joué la montre sur le climat. Il est minuit moins une sur l’horloge de l’apocalypse. Nous devons agir maintenant », a lancé le chef du gouvernement britannique. Soulignant que «Plus nous tardons à agir et plus, plus cela devient grave».

Le ton est donné : l’heure est à la dramatisation. Lui a succédé à la tribune le prince Charles, qui remplace la reine Elisabeth II, cette dernière ayant annulé sa venue pour raisons de santé.

L’urgence d’agir était aussi au cœur des messages d’Emmanuel Macron, qui veut croire que rien n’est joué, que cette COP26 peut encore être un succès, ou encore de Joe Biden, passé peu avant lui et qui signe avec son intervention le retour des États-Unis dans les négociations climatiques.

«La clé», selon le président français, c’est que les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre puissent « rehausser leurs ambitions » dans les deux semaines à venir, pour limiter la casse. Et d’inviter les participants à « l’ambition, la solidarité et la confiance ». « Le succès est à portée de main si nous nous mobilisons, décidons et agissons » ensemble, a insisté M. Macron, plaidant pour une meilleure coordination des agendas de lutte, mais aussi en faveur de la biodiversité et des océans. 

«J’imagine que je ne devrais pas m’excuser, mais je m’excuse pour le fait que les États-Unis soient sortis de l’Accord de Paris et nous mettent en retard», a lancé Joe Biden. «Au sein de la catastrophe grandissante, je pense qu’il y a une opportunité incroyable, pas seulement pour les États-Unis, mais pour nous tous », a renchéri le président américain, parlant d’investissements et de créations d’emplois dans les énergies propres, les voitures électriques ou encore l’agriculture notamment.

Et de promettre « de l’action, pas des mots ». « Les États-Unis ne sont pas seulement de retour autour de la table, mais j’espère montrent l’exemple. » Il vise pour son pays « zéro émission nette » de carbone « au plus tard en 2050 », et comme d’autres, il appelle le secteur privé et les banques à se mobiliser, relevant que «Glasgow doit être le point de départ d’une décennie d’ambition»

Le secrétaire général de l’ONU a peut-être trouvé les mots les plus impactants. Il a appelé à « sauver l’Humanité » des catastrophes à venir. « Il est temps de dire « assez » », selon lui. « Assez de brutaliser la biodiversité. Assez de nous tuer nous-mêmes avec le carbone. Assez de traiter la nature comme des toilettes. Assez de brûler et forer et extraire toujours plus profond. Nous creusons nos propres tombes », a plaidé António Guterres, lassé de notre « addiction aux énergies fossiles ». Pour António Guterres, «La science est claire, nous savons ce qu’il faut faire».

RFI

Comments are closed.