Cop26 – Mettre un terme à la déforestation et la dégradation des sols : Plus de 100 dirigeants mondiaux s’engagent, pour l’échéance 2030

0
325

Après l’accord de Paris sur le climat en 2015, l’avenir de la planète se joue à Glasgow, en Ecosse (Royaume-Uni) depuis le dimanche 31 octobre 2021, date d’ouverture de la 26ème Conférence des Parties (Conference of the Parties – COP, en anglais) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) appelée COP26. Hier mardi 2 novembre, deuxième journée de la plénière qui a démarré lundi en début d’après-midi, plus de cent (100) dirigeants promettent de mettre un terme à la déforestation et la dégradation des sols, d’ici 2030.

C’est encore parti pour des engagements et promesses pour sauver ce qu’il reste de la planète. Hier, mardi 2 novembre 2021, au jour 2 de la plénière de la COP26 qui s’est ouverte en début d’après-midi la veille lundi, plus de cent (100) dirigeants promettent de mettre un terme à la déforestation et la dégradation des sols, d’ici 2030. «Aujourd’hui (mardi) à la COP26 des dirigeants représentant plus de 85% des forêts du monde s’engageront à stopper et inverser d’ici 2030 la déforestation et la dégradation des sols», informe un communiqué de l’Ambassade de Grande-Bretagne au Sénégal, parvenu à notre Rédaction, hier mardi.

Mieux, «dans la plus grande avancée réalisée en une génération pour la protection des forêts du monde, plus de cent dirigeants s’engageront, à l’occasion d’une réunion de la COP26 convoquée aujourd’hui (mardi) par le Premier ministre, à stopper et inverser d’ici à 2030 la disparition des forêts et la dégradation des sols». Selon la source, «cet engagement est adossé à un financement public et privé de près de 14 milliards de livres (16,5 milliards d’euros).  Cet engagement sera appuyé par la promesse d’un financement de 8,75 milliards de livres (10,3 milliards d’euros) d’argent public versé par 12 pays, dont le Royaume-Uni, sur la période 2021-2025. Ces fonds permettront de financer dans les pays émergents différentes initiatives visant par exemple à restaurer des sols dégradés, à lutter contre les incendies et à soutenir les droits des communautés indigènes».

Et de relever que ces annonces font partie d’un «ensemble sans précédent d’engagements économiques et politiques» visant à stopper la déforestation dans le monde. Aussi «ces fonds seront complétés par le versement d’au moins 5,3 milliards de livres (6,2 milliards d’euros) de la part d’un secteur privé récemment mobilisé sur ces questions». D’ailleurs, les PDG de plus d’une trentaine d’établissements financiers – parmi lesquels Aviva, Schroders et Axa – détenant plus de 8700 milliards de dollars d’actifs (7500 milliards d’euros) s’engageront également à cesser tout investissement dans des activités liées à la déforestation.

DES ENGAGEMENTS EN CHIFFRE DE DONATEURS ET DES GEANTS DU MONDE

En outre, le Royaume-Uni consacrera 1,5 milliard de livres (1,75 milliard d’euros) sur cinq ans pour soutenir les engagements en matière de forêts, dont 350 millions de livres (410 millions d’euros) pour la protection des forêts tropicales humides d’Indonésie et 200 millions de livres (235 millions d’euros) au profit de la LEAF Coalition.

Aux côtés de onze autres donateurs, le Royaume-Uni versera également 200 millions de livres (235 millions d’euros) de contribution à un nouveau fonds d’1,1 milliard de livres (1,3 milliard d’euros) destiné à la protection du bassin de Congo. Cette région abrite la deuxième plus vaste forêt tropicale humide du monde, aujourd’hui menacée par l’exploitation forestière industrielle, l’extraction minière et les activités agricoles.

De leur côté également, «des gouvernements représentant 75% des échanges mondiaux de matières premières essentielles susceptibles de menacer les forêts – comme l’huile de palme, le cacao ou le soja – adhéreront par ailleurs à une nouvelle déclaration sur le commerce des ressources forestières, des produits agricoles et des matières premières (Forests, Agriculture and Commodity Trade [FACT] Statement). Ces 28 gouvernements s’engageront dans une série d’initiatives permettant de parvenir à un commerce durable et de réduire la pression sur les forêts. Ces initiatives incluent un soutien aux petits agriculteurs et l’amélioration de la transparence des chaînes d’approvisionnement».

«CHAQUE MINUTE UNE SURFACE FORESTIERE EQUIVALANT A 27 TERRAINS DE FOOTBALL EST DETRUITE»

Convaincus et conscients que «les forêts sont les poumons de notre planète. Elles absorbent environ un tiers du CO2 émis chaque année au niveau mondial par la combustion des énergies fossiles, mais elles disparaissent à un rythme inquiétant. Chaque minute une surface forestière équivalant à 27 terrains de football est détruite».

Surtout qu’«à l’heure actuelle près d’un quart (23%) des émissions mondiales proviennent d’activités liées à l’utilisation des terres, comme l’exploitation forestière, la déforestation et l’agriculture. Protéger les forêts et mettre fin à l’utilisation destructive des terres est l’une des choses les plus importantes que le monde peut faire pour limiter un réchauffement climatique catastrophique tout en protégeant la vie et l’avenir des 1,6 milliard de personnes dans le monde – près de 25% de la population mondiale – qui dépendent des forêts pour leur subsistance».

«UN ACCORD HISTORIQUE POUR LA PROTECTION ET LA RESTAURATION DES FORETS DU GLOBE», SELON BORIS JOHNSON

La journée d’hier a vu les dirigeants mondiaux discuter avec des représentants de peuples indigènes et de communautés locales, des membres de la société civile, des philanthropes, des entreprises et des responsables du système financier. Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, l’hôte de la COP26, SAR le prince de Galles, le président indonésien Joko Widodo, le président colombien Ivan Duque, le président américain Joseph Biden, le président de la République démocratique du Congo Felix Tshisekedi et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen figurent parmi les personnalités intervenant  durant la conférence (de la COP26) sur l’usage des terres et des forêts. Des pays allant des forêts septentrionales du Canada et de la Russie jusqu’aux forêts tropicales du Brésil, de Colombie, d’Indonésie et de République démocratique du Congo sont partants pour la Glasgow Leaders’ Declaration on Forest and Land Use. «Ils abritent ensemble 85% des forêts du monde, soit une superficie d’environ 33,7 millions de km2».

A l’occasion de cette réunion Forest & Land Use de la COP26, le Premier ministre Boris Johnson déclarera : «Aujourd’hui à la COP26 les dirigeants mondiaux ont signé un accord historique pour la protection et la restauration des forêts du globe. Ces grands écosystèmes grouillant de vie – ces cathédrales naturelles – sont les poumons de notre planète. Les forêts font vivre des communautés, leur fournissant nourriture et gagne-pain, et absorbent le carbone que nous rejetons dans l’atmosphère. Elles sont essentielles pour notre survie même. Grâce aux engagements sans précédent pris aujourd’hui, nous aurons l’occasion de mettre fin à la longue période durant laquelle l’humanité s’est comportée comme le conquérant de la nature, et d’en devenir au contraire le gardien.»

COP26 DE GLASGOW OU L’HEURE DE L’ACTION POUR SORTIR DE «L’APOCALYPSE»

Les dirigeants et représentants de plusieurs dizaines de pays se sont donnés à Glasgow pour la COP26. Cette conférence climatique, la plus importante depuis l’Accord de Paris en 2015, a relevé que, pour l’instant, les objectifs des différents États représentent un «aller simple pour le désastre», a regretté le Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, avant-hier lundi. Montrant ainsi qu’il n’y a plus le choix, l’heure est à l’action.

Selon Rfi, malgré le fait que ces négociations s’annoncent difficiles, à la tribune, il y a eu des paroles fortes à travers la Pléiade de discours prononcés lundi pour donner le ton de l’événement. Et l’hôte de cette COP26, Boris Johnson a tenu un discours véritablement alarmiste, une véritable mise en garde : un échec des négociations déclencherait une colère «incontrôlable», a-t-il dit. «L’Humanité a longtemps joué la montre sur le climat. Il est minuit moins une sur l’horloge de l’apocalypse. Nous devons agir maintenant», a lancé le chef du gouvernement britannique. Soulignant que «Plus nous tardons à agir et plus, plus cela devient grave».

I.DIALLO

Comments are closed.