Coupe du monde de football, supporters, hébergement, relations Sénégal-Qatar : l’ambassadeur, Mouhamed Habibou Diallo s’explique

0
673

(DOHA, Qatar) – Presqu’ile avec une seule frontière donnant sur l’Arabie Saoudite, le Qatar s’apprête à organiser la Coupe du monde de football du 21 novembre au 18 décembre 2022. Le Sénégal, qui partage la même poule avec son hôte y est attendu à plusieurs niveaux. Sportivement d’abord. Mais selon l’ambassadeur du Sénégal, Dr Mouhamed Habibou Diallo qui s’est entretenu avec l’Envoyé Spécial de Sud Quotidien à Doha, le Mondial constitue aussi une belle opportunité d’affaires pour vendre davantage la destination Sénégal.  

 

247 Sénégalais au Qatar

 

«Les Sénégalais qui sont officiellement installés ici sont au nombre de 247. 80% sont dans le domaine du sport. Il y a aussi des étudiants et des travailleurs. Ces derniers sont dans des structures étatiques et privées. La majeure partie des travailleurs sont des binationaux. Ils étaient des cadres dans les pays européens et sont venus poursuivre leur travail ici. Le Qatar, c’est une presqu’île. Il a une superficie de 11562 Km2. Ça veut dire que c’est un petit pays. L’organisation de la Coupe du monde de football n’est pas une mince affaire pour le Qatar même si des stades et des lieux d’hébergement sont là. Le Qatar doit collaborer avec les pays limitrophes pour que les gens puissent venir regarder les matchs et ensuite rentrer chez eux».

 

Des vols charters

 

«Pour l’instant, il y  les Emirats Arabes Unis (Dubaï). Les gens prendront l’avion. Il y a des mémorandums avec des compagnies aériennes comme Qatar Airways avec beaucoup de vols pour permettre aux supporters de venir regarder les matchs et ensuite rentrer chez eux. Il y a aussi le Koweït, l’Arabie Saoudite et Oman. Dans chacun des pays, il y a un nombre précis de vols au quotidien qui atterrisse à Doha. Il est prévu 60 vols par jour en provenance de Dubaï (Fly Dubaï), 20 de Koweït (Koweït Airways), 48 vols Oman (Oman Airways), 40 vols Riyad (Arabie Saoudite).

Notre vœu le plus cher, c’est de voir des milliers de supporters sénégalais au Qatar. C’est notre vœu. Nous avons le plus petit nombre de compatriotes au Qatar par rapport aux autres pays qualifiés. C’est pour cela que nous voulons que beaucoup de Sénégalais quittent le Sénégal, la diaspora et les pays du Golfe pour venir supporter notre équipe nationale. Le problème est comment faire pour que tous ces gens effectuent le déplacement sans problème majeur. Pour l’instant, le Qatar est très organisé. Le Comité Suprême qui s’occupe de l’organisation, a créé une plateforme pour permettre aux gens qui souhaitent venir de s’inscrire. Mais, tout le monde ne pourra pas venir. Ce sera une sorte de loterie. Les plus chanceux vont  payer les billets des matchs qu’ils veulent regarder. Ensuite, ils vont passer à l’étape du logement. Il y a la carte Hayya (Fan ID, Ndlr) qui permet d’obtenir le visa. Il faut tout ce package pour pouvoir entrer dans le pays. Il y avait une dernière offre pour le 15 juin dernier. Je pense qu’ils vont ouvrir une autre plateforme jusqu’à obtenir le nombre recherché».

 

Emigration clandestine ?

 

«L’émigration clandestine est impossible au Qatar. Que chaque personne sache qu’elle va rentrer chez elle après les activités de la Coupe du monde. Sinon, elle aura de sérieux problèmes».

 

                        Relations Qatar-Sénégal

 

«Les relations entre le Sénégal et le Qatar datent de 1975. Le Sénégal a ouvert une ambassade à Doha en 1999. Le Qatar a ouvert son ambassade à Dakar en 2001. Ça montre que les relations entre les deux pays datent de longtemps. Son émir, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani m’a dit que le Sénégal est un grand ami du Qatar. Son père est allé au Sénégal deux fois. Lui, une fois lors d’une tournée africaine où il y passa deux jours. Ils veulent renforcer les relations entre les deux pays surtout concernant l’aspect économique. Ils tiennent beaucoup à ça surtout que Macky Sall est actuellement le président de l’Union africaine avec son déplacement en Russie. Actuellement, les Qataris président le dialogue entre les Tchadiens. Ils font des médiations, partout».

 

Ouverture d’une ligne aérienne Doha-Dakar

 

«Depuis 2016, les autorités sénégalaises travaillent sur la question de l’ouverture d’une coopération aérienne entre les deux pays. Tout ce qui devait être fait, l’a été. Le Qatar a ratifié. Le blocus qui avait eu lieu, l’a un peu retardé et la pandémie de covid-19 aussi. Depuis mon arrivée, on est là-dessus. Il y a eu des avancées. Le ministre du Tourisme, Alioune Sarr, était là, il y a quelques semaines, avec une forte délégation. Il a rencontré son homologue qatari. Beaucoup de pays ont des vols directs avec le Qatar comme le Nigéria, le Ghana. Il reste encore des démarches techniques à faire concernant les vols reliant Doha et Dakar. Peut-être avant le Mondial, on pourra l’avoir. Le ministre des Transports du Qatar se rendra prochainement au Sénégal dans ce cadre. Nous avons espoir que tout ira bien».

 

Me Senghor et Matar Bâ attendus

 

«On attend du ministère des Sports et la Fédération sénégalaise de football une grande collaboration avec l’ambassade du Sénégal au Qatar sur beaucoup de choses. Ça va faciliter leur mission et notre travail aussi et pour les Sénégalais qui vont venir. Nous sommes là pour les Sénégalais. On attend aussi à ce que les gens viennent nombreux. Qu’ils sachent aussi qu’ils seront là pour le Sénégal. Par conséquent, ils doivent avoir un bon comportement, du respect pour donner une bonne image de notre pays».

 

Vendre la destination du Sénégal

 

«Tous les Sénégalais peuvent participer à la promotion de la destination Sénégal. On attend aussi l’organisation d’une exposition avec Dr Malick Diop (Directeur général Asepex, Ndlr). Il pense à l’organisation d’une Expo-Qatar parallèlement avec les activités de la Coupe du monde de football pour que les Sénégalais et les entreprises sénégalaises puissent venir participer à la  foire et vendre la destination de notre pays. C’est mieux que chacun soit à ses côtés. L’union fera la force. Beaucoup de ministères sénégalais et d’entreprises privées y sont impliqués. Mais ils doivent s’y atteler très rapidement et nous revenir aussi. On demande aussi à la Fédération sénégalaise de football (FSF) et au ministère des Sports de faire des efforts, d’accélérer parce que le temps passe vite».

 

Inquiétudes

 

«C’est vrai. On a un peu peur. Depuis la qualification du Sénégal (le 29 mai 2022, Ndlr), près de deux mois, on a encore rien vu de concret à part le siège de la Fédération qatarie de Handball qui a été réservé pour les Lions du Sénégal. Il reste encore beaucoup de choses à faire. Il n’y a pas encore eu de réservation pour le logement pour les autorités, les supporters. On doit agir très vite. Chaque minute qui passe, coûte cher. Concernant l’exposition, les organisateurs doivent aussi agir très rapidement. Certains pays africains ont créé AfricaVillage et ils veulent avoir l’exclusivité. S’ils l’obtiennent, on aura des problèmes. Ils ont même voulu que je les reçoive mais j’ai refusé parce que je suis mandataire du Sénégal. Je ne peux pas me permettre de prendre certains engagements. Donc, les autorités sénégalaises doivent aller vite mais surtout beaucoup communiquer».

Recueillis par Abdoulaye THIAM

(Envoyé Spécial)

Leave a reply