Crime passionnel : Un médecin tue ses trois enfants et se donne la mort

0
358

Un drame aux allures d’un crime passionnel s’est produit hier, dimanche 7 novembre, à Sacré-Cœur à l’entrée de la Cité Cœur Gorgui. Un médecin chirurgien-dentiste du nom de Falla Paye a tué ses trois enfants avant de se donner la mort. Le mobile du crime, expliqué dans une lettre posthume, est une rupture mal digérée d’avec son épouse, la mère de ses enfants.

Un médecin dentiste s’est donné la mort de manière tragique hier, dimanche 7 novembre. Falla Paye, puisque c’est de lui qu’il s’agit, habitait Sacré-Cœur où s’est suicidé, à l’entrée de la Cité Cœur Gorgui. Auparavant, il a tué ses trois enfants dont l’une est admise cette année à la Maison d’Education Mariama Bâ de Gorée. Les autres, élèves au cours Sacré-Cœur. Il a conduit les trois enfants, deux filles et un garçon âgés respectivement de  4, 8 et 11 ans au cabinet de son frère, le Docteur Mbaye Paye sis à Sacré-Cœur 2, pour leur injecter une piqûre mortelle.

La cause du drame est qu’il est en instance de divorce avec sa femme, elle aussi gynécologue.  Dans une lettre posthume adressée à son épouse, le défunt médecin a dit tout son amertume, reprochant à son épouse une trahison et un mauvais comportement à son égard. Le défunt médecin se rappelle de l’insoumission de son épouse. Expliquant le mobile du drame, toujours dans la note qui a atterri entre les mains des journalistes, Docteur Paye dit avoir agi pour ne pas laisser sa descendance avec son ex-épouse qui, sans nul doute, se remaniera et en aura une autre.

Le mobile du crime, c’est aussi le choix d’une conjointe qui s’est révélée être un poison. «Tu es vraiment l’erreur de ma vie», a écrit la victime dans sa lettre posthume. Le défunt mari explique aussi son acte par l’insensibilité notoire de son ancienne épouse qui n’avait aucune compassion envers sa personne, surtout quand il s’agissait d’aborder les problèmes financiers de son cabinet médical.

Pis, relate-t-il, toujours dans la lettre, l’épouse se plaignait de la somme qu’il remettait à sa famille en la jugeant dérisoire. Et pourtant, il l’avait mis à abri du besoin son épouse insistant que toutes les dépenses de la maison soient à sa charge. La femme n’avait de respect à son égard et refusait à tout va de respecter ses devoirs d’épouse, une obligation qu’elle savait pourtant si bien remplir quand elle avait un intérêt en jeu.  Le mari qui se dit aussi être cocu, reproche à son épouse un abandon motivé par un amour qu’il éprouvait pour un autre homme.

La lettre posthume laisse apparaitre le désespoir du médecin qui y soutient avoir épaulé sa femme afin qu’elle devienne gynécologue. A la place d’une reconnaissance de ce sacrifice, l’épouse le traite comme «un vaurien», un obstacle à sa carrière professionnelle.

Dans la note posthume, le défunt mari est aussi revenu sur leur mariage. Il raconte avoir été contacté par la femme, 3 mois après qu’elle ait antérieurement refusé sa demande pour devenir son épouse. Le mariage fut ainsi scellé à la va-vite, toujours à la demande de l’épouse qui, dit-il, sous le poids de l’âge (33 ans), voulait se marier et fonder une famille.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.