Crise dans le secteur de la santé : la F2S envisage un 4ème plan d’action

0
387

Le secteur de la santé est en ébullition.  Depuis plus d’un mois, les syndicalistes multiplient les actions pour se faire entendre par le gouvernement du Sénégal. Ces derniers réclament de meilleures conditions de travail mais aussi de vie à travers l’augmentation de leur salaire, les recrutements dans la fonction publique, un logement décent pour plus de sécurité. Dans cette logique, la Fédération des syndicats de la santé a annoncé son quatrième plan d’action qui sera marqué par une grève générale de 72H  la semaine prochaine.

A partir du 13 avril prochain, la Fédération des syndicats de la santé sera de nouveau en grève pour trois jours. Cette décision a été retenue lors de leur dernière assemblée générale qui s’est déroulée lundi dernier. Une action qui entre dans le cadre de leur plateforme revendicative pour de meilleures conditions de vie des travailleurs de la santé. Dans ce combat, la F2s n’est pas seule puisque l’Alliance And Ngeussem est aussi dans cette mouvance. Ce qui a conduit la semaine derrière à une grève des deux entités même si les acteurs n’étaient pas concertés.  Pour Cheikh Seck de la F2S, cette nouvelle décision d’aller en grève de 72h a reçu l’adhésion de tous leurs membres.

« Pour le bien-être des malades, nous avons décidé de travailler jusqu’au 13 avril prochain avant d’aller en grève. Cependant, à partir de ce mercredi, nous allons porter des brassards rouges dans nos lieux de travail », a-t-il lancé.

Une autre mesure de pression pour amener les autorités de santé à apporter des réponses positives à leurs revendications reste la rétention d’information. « Nous allons le maintenir jusqu’à la satisfaction totale de nos revendications » a-t-il déclaré. Et de déplorer l’absence du ministère de l’Urbanisme.

« Lors des premières négociations qu’avait convoqué le ministre de la Fonction publique,  Mariama Sarr, le ministre de l’Urbanisme était absent. Jusqu’à ce jour ni lui ni ses services n’ont pas fait signe. Nous attendons qu’ils réagissent parce qu’il y a aussi des problèmes qui concernent l’attribution de terrain Dahaholba, conformément aux discussions que nous avions avec l’ancien Premier ministre Boun Abdallah Dione mais aussi la situation de Namora, on ne se retrouve plus », a martelé Cheikh Seck.

Malgré les différentes tentatives et les rencontres convoquées par le ministère de la Santé et de l’action sociale, les deux parties sont toujours en désaccord. Selon Mballo Dia Thiam de l’alliance And Geusseum : « Nous attendons du gouvernement des négociations sérieuses et l’application des accords déjà signés ». Face à ce que les syndicalistes appellent du «mutisme» de leur part du gouvernement, les manifestations se multiplient et ce sont les malades qui souffrent avec des rendez-vous reportés.

DENISE ZAROUR MEDANG

Leave a reply