Crises mal gérées, inégale répartition des ressources, traitements sélectifs des Institutions : Ces déterminants de la violence au Sénégal, selon l’étude de Jammi rewmi

0
243

Une rencontre de partage de « l’étude sur les déterminants de la violence au Sénégal » a été organisée ce jour, jeudi 18 novembre 2021, par Jammi rewmi, une plateforme mise en place par une trentaine d’organisations de la société civile, en présence de beaucoup de membres d’organisations de la société civile.

Faisant l’inventaire des causes qui découlent de l’étude sur les déterminants de la violence réalisée par la plateforme Jammi Rewmi, Moundiaye Cissé, président de l’ONG3D, assure que :

« Nous estimons que la violence est en générale recherchée souvent à des causes lointaines, pas seulement sur la question électorale. Peut-être que les questions électorales constituent des éléments déclencheurs. Mais la violence découle d’après l’étude, sur en général, des crises mal générées ou pas du tout gérées ».

Il en veut ainsi pour preuve « les crises qui ont accompagné le processus électoral. Mais au-delà de ça, il y a des déterminants socio-économiques, c’est-à-dire l’inégale répartition des ressources, qui font qu’il y a une inégale distribution des ressources », relève-t-il.

« Il y a les déterminants institutionnels, qui découlent du fait que les institutions comme la justice, la police procèdent à des traitements sélectifs. Par exemple une justice qui fonctionne à géométrie variable. L’impunité que confère la proximité avec le pouvoir par rapport aux opposants par exemple. Une police qui mate des opposants et qui fait l’impunité par rapport à d’autres partisans du pouvoir etc. il y a également des violences politique qui sont déjà entre pouvoir et opposition, par l’intimidation d’adversaire politique », ajoute dans le même sens le patron de l’ONG3D.

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Comments are closed.