Cyclise : Le Rwanda organisera les Mondiaux 2025, les premiers sur route en Afrique

0
279

L’union internationale de cyclisme a officiellement attribué l’organisation des championnats du monde du cyclisme à Kigali plutôt qu’à Tanger. Ce sont les premiers en route en Afrique, une volonté de l’UCI et de récompenser le Rwanda pour ses efforts pour le sport.

Ce n’était un secret pour personne et sans doute même pas pour la Fédération royale marocaine de cyclisme (FRMC). La FRMC a fait une campagne plus que minimaliste sur les chances de Tanger face à Kigali d’accueillir les Championnats du monde sur route 2025.

Du côté rwandais, on a même tweeté la victoire dès le 23 septembre, avant que ledit tweet ne soit effacé. Car l’Union cycliste internationale (UCI) a tenté de se réserver l’annonce du vainqueur ce 24 septembre.

C’est désormais chose faite : le Rwanda accueillera bel et bien des Mondiaux 2025 promis à l’Afrique, continent qui ne les avaient jamais abrités. L’Afrique du Sud a en effet hébergé plusieurs Mondiaux de cyclisme à Pietermaritzburg (BMX, VTT, VTT marathon, Trials, etc.) mais jamais l’événement-phare de l’UCI.

Les efforts du Rwanda récompensés

Depuis une douzaine d’années, le Rwanda, pays où la population pratique le vélo par nécessité et par passion, a investi dans le cyclisme. Il a appuyé la montée en puissance du Tour du Rwanda et aussi de son équipe nationale. Efforts qui se sont encore accentués depuis 2018 et la décision de l’UCI d’accorder les Mondiaux 2025 à l’Afrique.

David Lappartient, patron de l’UCI, et son équipe, se sont rendus régulièrement au pays des mille collines pour constater la passion du public, les possibilités de parcours – avec le célèbre mur de Kigali, cette montée qui fait la fierté des Rwandais – et surtout les capacités organisationnelles locales.

Ces dernières années, le Rwanda n’a d’ailleurs pas misé que sur le cyclisme. Kigali a ainsi accueilli cet été la première édition de la Basketball Africa League et le Championnat d’Afrique des nations masculin de basket-ball, puis les Championnats d’Afrique masculin et féminin de volley-ball en septembre.

Un enjeu de soft power

Les autorités locales ont fait du sport un enjeu d’images et de soft power comme l’illustrent les campagnes de sponsoring de clubs de football, comme Arsenal (Angleterre) et le Paris Saint-Germain (France).

En mai 2021, le président Paul Kagame expliquait au quotidien sportif L’Équipe : « Avec une population très jeune au Rwanda, on doit développer les compétitions, quel que soit le sport. Ça fait partie intégrante de notre développement, ce ne sont pas seulement les compétiteurs qui aideront le pays à s’en sortir mais tous ceux qui gravitent autour des clubs, des Championnats, des enceintes sportives. Ça doit devenir un vrai business. »

Leave a reply