Dakar abrite la conférence mondiale de l’Initiative pêches côtières

0
1043

(APA)- L’événement financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) vise à consolider les acquis de l’Initiative Pêches Côtières et à les pérenniser.

Les acteurs des pêches artisanales du Cabo Verde, de la Côte d’Ivoire, de l’Équateur, de l’Indonésie, du Pérou et du Sénégal se réuniront pour la Conférence du Partenariat Global (CGP) de l’Initiative Pêches Côtière (IPC) qui se tiendra à Dakar, au Sénégal, du 20 au 24 février 2023.

Les participants comprendront des représentants des gouvernements et des communautés de pêcheurs des six pays, ainsi que les partenaires d’exécution de l’IPC et d’autres parties prenantes, indique une note de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

La conférence du partenariat global de l’IPC est organisée chaque année depuis 2018. La session 2023 s’appuie sur une visite d’échange mondiale organisée par l’IPC à Tumbes, au Pérou, et se concentrera sur la consolidation des résultats générés jusqu’à présent et sur la durabilité de ces résultats dans le futur.

« Le but de la CGP de cette année est de discuter de comment consolider l’héritage de l’IPC en termes de promotion de pêches côtières et écosystèmes durables dans les six pays, dans l’espoir qu’il puisse être intégré dans les activités des entités publiques et privées et étendu pour atteindre plus de communautés et de zones géographiques », a déclaré Fatou Sock, conseillère technique principale de l’IPC pour la FAO.

Les pêcheries côtières à petite échelle sont vitales pour des millions de personnes, la plupart dans les pays en développement. Selon la FAO, les pêcheurs artisanaux le long des côtes mondiales sont responsables d’au moins 40 % des captures mondiales.

En outre, près de 500 millions de personnes dépendent au moins en partie de la pêche à petite échelle pour leur subsistance. Parmi ceux qui travaillent dans le secteur de la pêche artisanale, quatre sur 10 sont des femmes.

Cependant, la surpêche, la pollution et le changement climatique exercent une pression croissante sur le milieu marin, mettant en danger les espèces aquatiques et menaçant de précieux écosystèmes, fait observer l’organisation onusienne.

En réponse, l’Initiative pêches côtières (IPC) promeut l’utilisation et la gestion durables des pêcheries et des écosystèmes côtiers afin que les générations présentes et futures puissent continuer à en bénéficier.

Le projet IPC travaille dans quatre grands domaines, notamment la gestion durable des pêches et des mangroves (1) ; l’Approche écosystémique des pêches (AEP) et la cogestion des pêches et des mangroves par les communautés et les autorités locales (2), l’autonomisation des femmes dans les chaînes de valeur de la pêche pour améliorer leurs moyens de subsistance (3) et l’engagement du secteur privé dans la pêche durable.

L’Initiative Pêches Côtières est un effort mondial collaboratif financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Il rassemble des communautés de pêcheurs, des organisations internationales de conservation, des gouvernements, des agences des Nations Unies et la Banque mondiale.

L’objectif de ce projet est de parvenir à des pêches côtières durables en vue de conserver la biodiversité marine dans six pays : Cabo Verde, Côte d’Ivoire, Équateur, Indonésie, Pérou et Sénégal.

Leave a reply