De réserve naturelle d’intérêt communautaire à aire marine protégée : la Somone change de mode gestion

0
922

Lieutenant Chérif Matar Diop, le conservateur de l’Aire marine protégée communautaire (Ampc) de la Somone a abordé hier, devant la presse, les objectifs liés aux opérations de renouvellement des instances du Comité de gestion de l’Ampc. A l’en croire, la transformation de la Réserve naturelle d’intérêt communautaire de la Somone (Rnics) en Aire marine protégée communautaire a nécessité un changement dans le mode de gestion de l’espace et des activités s’y menant. Une implication des populations et des différents acteurs devient essentielle, à travers une participation inclusive.

Ainsi, les riverains de la lagune de la Somone, des village de Guéréo, Thiafoura et Sorokhassap, concernés par la vie de ce plan d’eau, sont tenus d’apporter leurs savoirs endogènes et leurs participations. Le mode de gestion de l’Ampc de la Somone est attendu pour une continuité intégrant d’anciens membres du comité de la Rnics, surtout dans les commissions, sous la supervision du ministère de l’Environnement et de ses agents.

L’Ampc de la Somone demeure un parc d’attraction, de découverte et d’animation. Un sanctuaire des oiseaux migrateurs y séjournant saisonnièrement, elle est aussi le lieu de ponte des tortues marines mais aussi le cadre de nidification de diverses espèces de l’avifaune. Par conséquent, les activités d’exploitation comme la culture des huîtres et les randonnées des touristes donnant des retombées ou effets induits aux différents acteurs ne sont isolées.

Des éco-gardes, en plus des agents du ministère de l’Environnement, veillent sur la lagune surtout comme un œil averti et discret sur les différents types de prédateurs présents le long de lagune, comme les empiètements, la coupe de la mangrove, les dépôts d’ordures et la mise en place d’installations mordant sur les berges de la lagune, stressant souvent la mangrove. En plus, une autre menace guette de manière progressive, l’ensablement en certains endroits du plan d’eau nécessitant un curage. Ces défis énumérés attendent le nouveau comité de gestion de l’Ampc de la Somone.

Samba Niébé BA

Leave a reply