Décembre sur fond de festivités et d’événementiels : Omicron en roue libre

0
270

Sur fond de flambée des nouvelles contaminations de Covid-19, le Sénégal a fêté le nouvel an. A  Dakar, beaucoup de personnes se sont agglutinées dans des salles faisant fi des gestes barrières pour fêter l’arrivée de la nouvelle année. Ce qui pourrait ne pas être sans conséquences dans le contexte actuel.

Le monde entier a célébré un deuxième nouvel an sous le signe de la Covid-19 et le variant Omicron. Ce qui a permis des annulations des évènements ou un maintien des festivités sous strictes conditions dans certains pays. Mais au Sénégal, l’épidémie n’a pas gâché les fêtes cette fois-ci. Le gouvernement n’a pas décidé de serrer la vis pour lutter contre l’épidémie. L’arrivée de l’année 2022 s’est ainsi faite dans une ambiance détendue malgré la présence du variant Omicron et la flambée des nouvelles contaminations depuis quelques jours, même si sa dangerosité est encore incertaine.

Des festivités ont bien eu lieu à travers tout le pays surtout dans la capitale, Dakar où des milliers de personnes se sont rassemblées le week-end dernier sans le moindre état d’âme quant au respect des gestes barrières contre le coronavirus.

Samedi dernier, premier jour de l’an, le « Grand Bal » du lead vocal du Super Etoile, Youssou Ndour a rassemblé des centaines voire des milliers de personnes à Dakar Aréna à Diamniadio. Dans le Palais des Sports, le masque n’existe pas. Le respect de la distanciation physique, n’en parlons même pas. Même si la mobilisation est loin d’être la même comme à Dakar Aréna, la foule était tout de même au rendez-vous lors de la soirée de l’artiste Bass Thioung, « Diam la woté ak ambiance » le premier jour de l’an au Grand-Théâtre. Là aussi, il n’y a pas de craintes liées à la covid-19.

En effet, la célébration de la fin d’année s’est aussi déroulée dans une ambiance libérée de l’épidémie de Covid-19 lors de la soirée de Wally Ballago Seck la veille, le 31 décembre. Au CICES, de nombreux fans ont été au rendez-vous sans le moindre respect des gestes barrières contre la maladie.

Plusieurs personnes ont également afflué vers le stade Amadou Barry de Guédiawaye le 24 décembre lors du concert du rappeur Ngaaka Blindé, debout côte à côte sans masque. Pour ne citer que ces évènements, sans oublier le combat de lutte ayant opposé Balla Gaye et Bombardier, le week-end dernier a été marqué par des rassemblements sans une moindre inquiétude au vu de la flambée des nouvelles contaminations. La joie a eu raison des gestes barrières contre la Covid-19, loin des craintes et inquiétudes du nouveau variant.

Pour cette nouvelle hausse des contaminations liées au coronavirus, le gouvernement n’a pas serré la vis pour lutter contre la Covid-19. Depuis l’assouplissement des restrictions, le relâchement est devenu flagrant dans le respect des gestes barrières pourtant essentiels pour limiter les risques de propagation de l’épidémie. Les habitudes ont changé même si ce n’est pas valable pour tout le monde.

Bref, la psychose liée à l’apparition du coronavirus a cédé la place à l’indifférence totale. Le constat saute à l’œil dans presque tous les endroits.

M DJIGO

Comments are closed.