Décès de la parturiente Astou Sokhna : Abdoulaye Diouf Sarr confirme la négligence médicale et promet une procédure

0
314

« Sur la base des éléments du dossier, le décès de Mme Astou Sokhna est considéré comme un décès maternel évitable à travers une bonne évaluation des risques et une surveillance optimale durant son séjour à la maternité ».

Ce sont les propos du ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr qui confirme ainsi le décès par « négligence médicale » de la parturiente Astou Sokhna à la maternité de l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye de Louga, comme l’avait annoncé sa famille.

Face à la presse ce matin, Abdoulaye Diouf Sarr a fait savoir que les premières conclusions des rapports des trois missions distinctes envoyées à l’hôpital de Louga montrent que la défunte n’avait pas d’antécédents médicaux graves.

« Selon le modèle des 3 retards qui est un modèle d’audit de décès, le dossier ainsi présenté ne met pas en évidence des éléments en faveur du premier retard. C’est-à-dire une reconnaissance des signes de danger par la patiente ni du second retard à savoir l’accessibilité géographique et financière sans particularité. Par contre, on note des éléments en faveur du troisième retard qui est lié à la structure objectivant un déficit dans la qualité des soins reçues à titre d’insuffisance de diagnostic. C’est-à-dire l’évaluation non optimale de risque et l’insuffisance dans la surveillance », a déclaré Abdoulaye Diouf Sarr.

Les rapports indiquent : « En ce qui concerne ses antécédents chirurgicaux, la patiente avait bénéficié d’une césarienne, il y a trois ans, plus précisément le 30 mars 2019 à 4h 40 mn exactement. Cette intervention avait effectivement débouché sur un nouveau-né décédé au 7e jour de vie. Les rapports indiquent en outre que Mme Astou Sokhna était suivie au service de cardiologie et néphrologie de l’hôpital de Louga pour respecter le protocole de suivi du syndrome vasculo-rénale. Durant sa grossesse, elle a fait quatre consultations prénatales qui n’ont décelé aucune anomalie. Elle a également une visite de suivi le 28 mars 2022 à l’hôpital au cours de laquelle un bilan pré opératoire a été demandé en vue d’une césarienne de prudence. Le 31 mars 2022 elle s’est présentée à l’hôpital pour des douleurs abdominales pelviennes sur une grossesse de 9 mois. Ce qui a motivé son hospitalisation. Le 1er avril 2022 à 6h 52 mn exactement, la sage-femme de garde a été appelée au chevet par la famille pour voir son état, c’est en ce moment qu’elle a constaté le décès qui sera confirmée par la gynécologue à 7h36mn », a expliqué le ministre de la Santé et de l’Action Sociale.

Sur ce, Abdoulaye Diouf Sarr a fait savoir que des mesures suivantes ont été prises : la révocation du directeur prononcée lors du conseil des ministres de ce mercredi 13 avril 2022, la suspension des agents de garde impliqués dans le décès devant conduire à une procédure au niveau de l’hôpital pour négligence ayant entamée mort d’homme conformément aux instructions données ».

Marième DJIGO

Leave a reply