Décès de Mamy Doura Diallo à Kédougou : le Procureur parle d’une «forte négligence médicale»

0
2033

Dans un communiqué rendu public hier, vendredi 2 septembre, le tribunal de grande instance de Kédougou a fait savoir que le décès de la parturiente Mamy Doura Diallo serait dû à une «forte négligence médicale, une incompétence notoire ainsi qu’un manquement manifeste aux règles élémentaires de la médecine». L’affaire a ainsi conduit à l’arrestation de trois personnels de santé dont le gynécologue, le technicien en anesthésie et l’infirmier. Ils sont poursuivis, selon le parquet de Kédougou, par «les faits d’homicide involontaire et de complicité». Des faits prévus et punis par les articles 307, 45, 46 du Code Pénal.

Le tribunal de grande instance de Kédougou a avancé dans l’affaire du décès d’une parturiente et de son bébé qui secoue le centre de santé de la ville et qui a conduit à l’arrestation de trois professionnels de santé le 31 août dernier dont le gynécologue, le technicien en anesthésie et l’infirmier. Dans un communiqué rendu public hier, vendredi 2 septembre, le procureur de la République, Baye Thiam a fait savoir «qu’à l’analyse des faits de l’espèce, une forte négligence médicale, une incompétence notoire ainsi qu’un manquement manifeste aux règles élémentaires de la médecine ont été relevés». Le document de préciser : «D’abord, il ressort de la procédure que la patiente avait accouché par voie césarienne lors de sa dernière grossesse dans ce même district. Ce qui aurait dû dissuader le gynécologue, compte tenu de ses antécédents avérés, de la faire accoucher cette fois-ci par voie basse. Ensuite, la défunte qui était diabétique ne pouvait nullement supporter un accouchement par voie basse vu son poids qui était quasiment à 100 kg. La patiente était un sujet à risque. Il nous a été donné de constater que le fœtus pesait 04 kilos 770 grammes et donc ne pouvait sous quelque acrobatie utilisée sortir par la voie basse».

Selon le procureur de la République, «eu égard à la gravité » des faits qui ont engendré la mort tragique de deux êtres humains innocents, une enquête est ouverte et confiée à la brigade de Gendarmerie de Kédougou contre les nommés Léonce Mbade Faye, Abdou Aziz Dioum et Bakary Diebakhate pour des faits d’homicide involontaire et de complicité, faits prévus et punis par les articles 307, 45, 46 du Code Pénal ».

Retour sur les faits selon la justice

Pour le tribunal de grande instance de Kédougou, dans la nuit du 30 août 2022 aux environs de 22 heures, il a été informé qu’une patiente aurait perdu la vie au moment de son accouchement ainsi que son bébé au District sanitaire de Kédougou. « Séance tenante, nous avons instruit aux officiers de police judiciaire de s’y rendre sans délai pour faire les premières constatations. Une fois sur place, ils nous ont effectivement confirmé le décès de la femme et de celui du nouveau-né», a renseigné la justice. Selon les premiers éléments de l’enquête, la source a fait savoir que «la femme s’était rendue à deux reprises au centre de santé pour des visites prénatales et la sage-femme trouvée sur place lui a signifié qu’elle n’était pas encore à terme et qu’elle pouvait revenir le lendemain». Les premiers résultats de l’enquête indiquent : «La matrone après l’avoir consultée et constatée un affleurement de la tête du bébé, a appelé le gynécologue. Ce dernier, arrivé aux environs de 16 heures s’est présenté et a essayé d’accoucher la femme par voie basse jusqu’à faire sortir la tête mais les épaules du bébé étant bloquées peinaient à sortir du fait du volume et ce, contrairement à la volonté de son époux qui lui suppliait de faire une césarienne compte tenu de ses antécédents. C’est ainsi, sans pitié, ni sentiment, qu’il a continué de manœuvrer sans même tenir compte de la fragilité du bébé».

Le dernier recours

Selon le communiqué de la justice, «le gynécologue s’étant rendu compte qu’il était face à un obstacle imparable, a décidé de procéder à une intervention chirurgicale». Ce qui était «trop tard car la situation était déjà devenue inextricable». Selon la source, «le comble s’est produit une fois au bloc opératoire lorsque le gynécologue ainsi que l’anesthésiste ont délibérément décidé, sans même avoir préalablement consulté le mari de la défunte, de procéder à une hystérectomie, c’est-à-dire une ablation totale de l’utérus. En outre, les manœuvres du gynécologue pour extraire le nouveau-né ont causé le décès du nouveau-né. Le billet de mort de l’enfant venait d’être froidement acté par ces actes dits médicaux pour ne pas dire radicaux». Et d’attester, « ces manœuvres en cascade ont très certainement provoqué une rupture utérine qui a conduit immédiatement au décès de la mère suite à une hémorragie externe et un arrêt cardiaque selon le rapport du Médecin-Chef du District sanitaire de Kédougou transmis au Parquet le 31 août 2022». 

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply