Déclenchement du plan orsec suite aux fortes pluies : et de trois !

0
245

Les fortes pluies qui se sont abattues sur le Sénégal hier, vendredi 5 août, ont motivé le déclenchement d’un Plan d’organisation des secours (Orsec), a annoncé le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique. Celui-ci est le troisième du genre depuis 2020. Sa particularité est qu’il est survenu plus tôt que les autres décidés en fin août pour 2021 et début septembre en 2020.

Le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique a pris l’arrêté 023213 du  5 août 2022 pour le déclenchement du Plan d’organisation des secours (Orsec).  Il précise qu’il est déclenché sur toute l’étendue du territoire pour faire face à la situation des inondations constatées suites aux fortes pluies enregistrées.  Il sera conduit conformément aux dispositions du décret n°99-172 du 4 mars 1999 adoptant  un plan d’organisation des secours pour prendre les dispositions idoines à la protection et à l’assistance des personnes sinistrées ainsi que les mesures de sauvegarde des biens et la préservation de l’environnement. Ce déclenchement du Plan Orsec est un retour à la case de départ puisque depuis 2020, en chaque saison des pluies, l’Etat est obligé d’en faire recours afin d’assister les impactés des inondations en dépit des investissements consentis pour le drainage des eaux de pluies.  La particularité de celui de cette année 2022 est qu’il a lieu plus tôt que ceux des années passées. L’année dernière, c’est dimanche 21 août 2021, après avoir rencontré les différentes parties concernées par la gestion des inondations que le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Antoine Félix Diome, avait annoncé le déclenchement du plan Orsec. Ledit plan décrété par arrêté ministériel n°027814 fait suite aux fortes pluies qui s’étaient abattues dans le pays les jours auparavant.

En 2020, c’était au début du mois de septembre, conséquemment aux dégâts causés dans de très nombreuses villes notamment à Keur Massar. Son coût était de 10 milliards. Les problèmes évoqués lors du Comité régional de développement (CRD) préparatoire des inondations à Dakar tenu en avril dernier sous la présence du gouverneur de Dakar, Al Hassan Sall, à la Chambre de commerce laissait présager un retour à cette  réponse d’urgence.  Al Hassan Sall avait lui-même tenu à alerter sur le risque en invitant à la réalisation d’infrastructures à temps et au respect des engagements pour que, disait-il,  «la situation de l’année dernière (2021) ne soit pas revécue et qui pousserait l’Etat à déclencher un plan ORSEC ».  L’organisation des secours risque d’être longue et difficile. En effet, les prévisions météorologiques avaient annoncé de fortes pluies pour cet hivernage. A signaler  qu’à Dakar, les conséquences de la pluie intermittente de ce vendredi sont considérables.

Fatou NDIAYE

Leave a reply