Délocalisation de l’hôpital Aristide le Dantec : le Collectif de défense dans la rue, ce samedi

0
206

La colère n’est pas prête de s’atténuer dans l’affaire de la délocalisation de l’hôpital Aristide Le Dantec malgré les assurances du directeur de l’hôpital, Dr Babacar Thiandoum. Face à la presse hier, jeudi 18 août, le Collectif pour la Défense et la Sauvegarde de l’hôpital Aristide Le Dantec a annoncé l’organisation d’une marche le samedi 20 août à 10 heures à la Place de l’Obélisque pour étaler leur indignation.

« Plan de liquidation », « catastrophe sanitaire »…, la colère des syndicalistes de l’hôpital Aristide Le Dantec se poursuit. Malgré les assurances du directeur, Dr Babacar Thiandoum faisant savoir « qu’il n’y aura pas de chômage technique pour le personnel », ils restent mobilisés dans leur combat. En conférence de presse hier, jeudi 18 août, le Collectif pour la Défense et la Sauvegarde de l’hôpital Aristide Le Dantec a annoncé l’organisation d’une marche nationale le samedi 20 août à 10 heures à la Place de l’Obélisque pour dénoncer ce qu’il qualifie de « forcing ». « Nous attendons tous les agents de santé du pays, la société civile, les patients et même les Sénégalais lambda  parce que c’est un combat qui nous concerne tous. Rien n’est trop tard, nous invitons l’Etat à se ressaisir. Aujourd’hui, l’Etat dit avoir redéployé tous les patients dans différentes structures sanitaires mais il faut le reconnaitre que beaucoup d’établissements sanitaires ne sont même pas prêts pour accueillir ces nouveaux patients. Et voilà aujourd’hui, là où on en est », a déclaré le président du Collectif, El Hadj Abdoulaye Dione. Toutefois, il dit ne pas être contre un projet de reconstruction de l’établissement sanitaire. « On ne s’oppose pas à sa reconstruction d’autant plus que c’est un hôpital qui est vétuste et qui date plus de 100 ans. Mais nous estimons que cette décision doit être discutée avec les patients et les travailleurs de la structure sanitaire. La manière dont l’Etat veut précipiter pour la reconstruction de cet hôpital pose problème. Pourquoi cette précipitation ? Nous ne comprenons pas et la vente annoncée d’une partie de l’hôpital est une violation de la loi. Nous avons toujours rappelé que l’hôpital a un projet de reconstruction qui date de 2005 avec un plan bien ficelé et un financement qui ne va même pas sortir des caisses de l’Etat. Pourquoi veut-on, aujourd’hui, vendre 3 hectares pour reconstruire l’hôpital ? Nous allons nous opposer et nous continuerons à nous opposer à cette décision du gouvernement », a dit El Hadj Abdoulaye Dione.

Sur le transfert des malades, le Collectif pour la Défense et la Sauvegarde de l’hôpital Aristide Le Dantec se dit scandalisé par le décès d’un malade. « Nous avons vu et constaté à l’hôpital que les malades ont été sortis, jetés dans la rue alors qu’ils avaient toujours besoin de soins des praticiens de l’hôpital et il y a des choses qui arrivent qui sont tellement graves. On parle de catastrophe sanitaire. Il y en a qui pensent que c’est un gros mot mais c’est ce qui se passe. Déjà nous avons enregistré un mort d’homme. Ce dernier était venu à l’hôpital pour recevoir des soins chirurgicaux au niveau du bloc de l’urologie. A sa grande surprise, il n’a trouvé personne. Le bloc a été fermé. Nous avons saisi un huissier (…) C’est un cas parmi d’autres. Nous allons vivre une situation sanitaire catastrophique dans ce pays. Nous avons des malades du cancer qui ne savent plus quand est-ce qu’ils seront pris en compte », regrette Mangue Ngom, membre du Collectif. La polémique est donc loin de s’estomper dans l’affaire de la délocalisation de l’hôpital Aristide Le Dantec.

Mariame DJIGO

Leave a reply