Démission annoncée de Woré Sarr du Pds : Karim Wade donne corps à son opération de conquête de la direction du Pds

0
217

Karim Wade est à deux doigts de la fin de son opération de conquête de la direction de la formation politique fondée par son père en 1974. En effet, avec la démission annoncée de Woré Sarr du Parti démocratique sénégalais (Pds), il ne lui reste plus que le poste de Secrétaire général national occupé par son papa, Me Abdoulaye Wade, ancien chef de l’Etat, aujourd’hui âgé de 98 ans.

La purge des compagnons de l’ancien chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, par ailleurs, Secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds) continue au sein dudit parti. Woré Sarr qui occupait jusqu’à la date du 31 mai dernier, le poste de présidente de la fédération des femmes du Parti démocratique sénégalais a rejoint la triste liste des responsables libéraux contraints à la démission. En effet, non contente de la décision de son leader qui a procédé à une directive administrative signée le 31 mai dernier, à son remplacement par Fatou Sow, nommée nouvelle présidente des femmes libéraux, Woré Sarr qui a fustigé cette mesure du fils de l’ancien chef de l’Etat libéral, Karim Wade, comme le député Saliou Dieng, secrétaire National chargé des structures et des mouvements de soutien du Pds, d’être derrière cette décision qu’elle qualifie « d’illégale » a annoncé sa démission de la formation libérale.

Avec cette décision, la presque totalité des postes de décision au sein du Pds est sous contrôle des hommes de confiance de Wade fils. Il ne reste que le Secrétariat général national aux mains de son papa, Me Abdoulaye Wade, ancien chef de l’Etat, aujourd’hui âgé de 98 ans.

Ce n’est pas une première fois que Karim Wade est accusé d’être à l’origine de la démission forcée d’anciens compagnons de lutte de son père dans le Pds. Et cela va de l’actuel président du parti Rewmi, Idrissa Seck, à Woré Sarr en passant par l’ancien chef de l’Etat, Macky Sall, ou encore l’ancien Premier ministre, Souleymane Ndéne Ndiaye, l’ancien Présidente du groupe parlementaire libéral, Aïda Mbodj, ou encore Pape Samba Mboup, Oumar Sarr, Amadou Sall et Babacar Gaye qui ont lancé le Parti des libéraux et démocrates/And Suqali (PLD/AS). Tous, au moment de leur départ, ont accusé Wade fils d’avoir manœuvré pour les contraindre à la démission afin de placer ses hommes de confiance dans le cadre d’une stratégie de confiscation de la direction du parti.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply